orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

‘Si vous ne pouvez pas boire de l’eau sale, vous ne devriez pas non plus partager de fausses nouvelles’

Une scène au bord de l’eau.
Découvrez Julie Ako, l’une des jeunes cinéastes qui ont déployé leurs talents pour lutter contre la désinformation de la COVID-19 par le biais de la Multichoice Talent Factory (Afrique de l’Ouest), une académie de cinéma mise en place par le MultiChoice Group qui collabore avec l’initiative Verified des Nations Unies pour aider les gens à accéder à des informations factuelles et crédibles et endiguer le flux de fausses nouvelles. Elle s’est entretenue avec Damilola Adewumi et Franck Kuwonu, d’Afrique Renouveau, au sujet de son parcours vers la réalisation de films et des raisons pour lesquelles il était important pour elle de participer à la campagne « Pause avant de partager » #PledgetoPause : Extraits :

Julie Ako
Afrique Renouveau : Comment un diplômé en informatique comme vous a-t-il fini par faire des films ?
Julie Ako : Avant de me consacrer entièrement à l’écriture de scénarios et au cinéma, j’écrivais des nouvelles, de la poésie et des essais de réflexion pour certaines plateformes et magazines. Pendant ma dernière année à l’université, j’ai lancé avec des amis un magazine de photographie dont j’ai été la rédactrice en chef pendant un an. Nous étions autofinancés et fiers de cette période de notre vie. C’était aussi un point très important pour moi, car j’étais là, à terminer un diplôme en informatique, tout en écrivant à plein temps pour un magazine et sans être payé. Je n’ai pas eu l’impression d’avoir à me battre, pas un seul jour.
Après cette période, j’ai continué à écrire et à produire quelques courts métrages – très amateurs, mais une expérience digne d’intérêt. Cela a cimenté mon intérêt pour le cinéma. Je n’ai pas cessé d’apprendre et d’aspirer depuis lors.
Je fais partie du conseil d’administration des créateurs de Mad Comics Ng, un éditeur de bandes dessinées prospère au Nigeria. Et en 2020, j’ai co-fondé une communauté et une agence de scénaristes, Albantsho, avec mon ami du Botswana. Nous avons constaté que la collaboration et le partage de nos idées originales sur l’Afrique aident les scénaristes émergents comme nous à améliorer notre art de raconter des histoires et encouragent les histoires africaines authentiquement nuancées.
Comment est née l’idée de faire un message d’intérêt public (PSA) sur la COVID-19 et les fausses nouvelles ?
Les organisateurs de la campagne ‘Verified’, en collaboration avec l’académie Multichoice Talent Factory, ont lancé un concours de rédaction de concepts dans ses quatre centres cinématographiques en Afrique [Nigeria, Afrique du Sud, Kenya et Zambie]. Il nous a donc été demandé d’écrire des concepts pour la campagne #PledgetoPause qui montrait une interprétation unique et sensibilisait le public sur les dangers de la désinformation COVID-19. Environ sept concepts ont été sélectionnés parmi l’ensemble des contributions ; le mien était l’un d’entre eux.
Avez-vous, ou l’un de vos proches, fait l’expérience de la désinformation ?
Je pense que nous avons tous fait l’expérience de la désinformation, que ce soit de notre propre chef ou par procuration. Nous avons soit vu, soit partagé des messages que nous n’avons pas voulu vérifier. C’est parce que les fausses nouvelles sont souvent empreintes de sensationnalisme et suscitent facilement nos émotions, comme la colère, la tristesse, voire l’humour. Ainsi, les gens ont tendance à penser qu’ils se doivent d’aider les autres à ressentir la même chose que ce qu’ils ont ressenti dans les nouvelles.
Au cours des premières périodes de confinement, il y avait de l’incertitude, de la peur et de la confusion. Nous avions des gens qui n’y croyaient pas, d’autres qui la spiritualisaient.
Donc, oui, je fais face à cela tous les jours, en essayant de résister à tout besoin compulsif de répondre ou de partager des contenus non vérifiés ; plus encore, après avoir réalisé le message d’intérêt public. Je me fais un devoir de mettre en pratique ce que je prêche.

Julie Ako à la réalisation
Quelle était la gravité de la situation et quelles étaient les faussetés les plus fréquentes et les plus nuisibles que vous ayez rencontrées ?
Une conspiration très profonde sur le vaccin COVID-19 et la 5G faisant partie d’un plan diabolique pour contrôler le monde. Cela semble ridicule quand vous l’entendez pour la première fois, mais c’était une histoire assez dangereuse. Imaginez que vous soyez entouré de personnes qui ne pensaient pas que la maladie était réelle, s’exposant ainsi et mettant d’autres personnes en danger. J’ai essayé d’envoyer des notes vocales aux membres de ma famille pour contrer ce récit et partager des sources d’information fiables.
Était-ce la principale motivation derrière la production du PSA ?
Je me considère comme faisant partie d’une génération qui prône le changement et la justice en agissant d’abord comme partie intégrante de la solution que nous proposons. Ma plus grande motivation était donc la préoccupation que j’avais vraiment à propos des dangers de la désinformation, et de faire savoir aux gens que cela fait mal et peut même tuer les personnes que vous aimez.
De toute évidence, l’histoire du message d’intérêt public est une histoire de fausses nouvelles. Mais vous avez choisi de la raconter d’une manière particulière. Pouvez-vous le résumer pour ceux qui n’ont pas encore regardé votre film ?
Dans le film, j’ai utilisé l’eau sale pour représenter la désinformation, et j’ai simplement montré l’absurdité de jeunes gens magnifiques qui partagent cette eau sale de « source inconnue » avec leurs amis. Oui, nous savons qu’ils ne boiraient pas délibérément cette eau et qu’ils ne la donneraient pas non plus à leurs proches. Par conséquent, nous avons montré que le partage d’informations non vérifiées était tout aussi absurde.
Pourquoi le choix de l’eau, en particulier ? Cela aurait pu être autre chose ?
Au moment où l’annonce a été faite, la première chose qui m’est venue à l’esprit a été l’eau. Je savais que je voulais faire quelque chose avec l’eau, car la désinformation est un problème mondial et l’eau est très universelle. J’aime à croire que tout le monde boit de l’eau. Quel que soit le sujet, que ce soit la désinformation sur la COVID-19 ou Ebola, je voulais une histoire qui aurait une résonance mondiale et générique avec toutes les fausses nouvelles.
A-t-il été facile de trouver des gens pour y participer ? Ont-ils été payés, ou ont-ils accepté que ce soit pour une bonne cause ?
Il n’a pas été difficile de trouver des gens pour le film. Pour dépeindre la beauté, l’amitié et l’esprit communautaire de l’Afrique, j’ai fait appel à des gens en qui j’avais confiance pour faire émaner ces vertus sans effort. Je voulais aussi des gens qui étaient actifs sur les médias sociaux et susceptibles d’être à l’origine ou à la source du problème. Oui, il y avait un budget pour la production, mais il dépassait l’argent de tous les participants au projet. Certaines personnes se sont lancées dans le projet parce qu’elles croyaient en la cause et parce que, comme moi, elles étaient passionnées par la réalisation de films.
Le décor du film est très beau. Où l’avez-vous tourné et comment avez-vous choisi le lieu ?
Il a été tourné à Lagos. Le cœur commercial du Nigeria est connu pour être entouré d’eau et de belles stations balnéaires que j’ai trouvées utiles pour raconter cette histoire. Le cadre du tournage était au centre de l’histoire, et il nous a fallu un certain temps pour obtenir ce que nous voulions vraiment.
Quel genre d’impact espérez-vous que le film aura sur les jeunes de votre communauté ?
J’espère que les gens pourront vraiment voir à quel point il est ridicule et assez « non-réveillé » pour eux de partager des informations dont les sources n’ont pas été vérifiées. Si vous ne voulez pas boire de l’eau sale, vous ne devriez pas partager de fausses nouvelles aussi. C’est tout aussi grave.
En plus du message général de COVID-19, je veux que mon public voie que l’Afrique est un endroit merveilleux, doté de ressources naturelles et de belles personnes. J’espère qu’ils le regarderont et qu’ils seront inspirés pour préserver, aimer et nourrir l’Afrique, tout en créant un environnement sûr et exempt de contenus dangereux.
Rétrospectivement, que pensez-vous du film ?
Je me sens d’abord privilégié et j’éprouve un sentiment de fierté que je ne considère pas comme acquis. Il a fait jaillir une nouvelle énergie et m’a inspiré pour continuer à avancer. J’espère que le film encourage les gens à faire un peu plus d’efforts pour s’arrêter avant de partager des choses sur Internet.
Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

— Julie Ako (Nigeria)
Par:
Franck Kuwonu
Afrique Renouveau

Share and Enjoy !

0Shares
0

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »