EconomieInternational

Post-COVID-19 : Une chance de faire un bond en avant dans le développement de l’Afrique grâce à la numérisation

Pour que le continent se remette de la pandémie, il est essentiel d’exploiter l’innovation.

UN Photo/Loey Felipe
Audrey Azoulay, directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), s’exprime lors du lancement de la feuille de route du secrétaire général pour la coopération numérique.
L’Afrique a enregistré une croissance économique remarquable au cours des 15 premières années du XXIe siècle, en grande partie grâce à des tendances positives dans l’exportation de matières premières, entre autres facteurs. Toutefois, ce récit de la « montée de l’Afrique » a été faussé dès le départ, car il s’est surtout concentré sur la croissance économique basée sur le produit intérieur brut (PIB), qui est trop unidimensionnel.

Cristina Duarte, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies.
En fait, la croissance économique n’a pas engendré l’inclusion sociale par la création d’emplois, ne tirant ainsi pas profit du dividende démographique de la jeunesse africaine. En outre, depuis les années 1970, la plupart des États africains ayant accédé à l’indépendance ont assimilé la gestion de la pauvreté au développement, par opposition à la transformation socio-économique.
Le passage de l’industrialisation au début de la période post-indépendance à l’accent mis actuellement sur la réduction de la pauvreté a largement contribué au malaise économique du continent.
Pour générer une croissance économique axée sur le développement, l’Afrique doit maintenant se concentrer sur la conservation et la création de richesses, une meilleure gestion de ses ressources, la promotion de l’intégration, la progression dans les chaînes de valeur mondiales (CVM), la diversification de ses économies, l’optimisation du bouquet énergétique et la mise du capital humain au centre de l’élaboration des politiques. Pour ce faire, l’élaboration des politiques africaines doit être relancée par l’innovation.
Adopter les technologies numériques
Pour relever les innombrables défis auxquels l’Afrique est confrontée dans les domaines de la sécurité alimentaire, de l’éducation, de la santé et de l’énergie, ainsi que pour combler la fracture numérique, il est essentiel que les décideurs africains exploitent l’innovation et le potentiel apporté par les technologies numériques. Cela sera crucial pour le redressement du continent après la pandémie actuelle de la COVID-19.
Les technologies numériques ont été à l’avant-garde de la lutte contre la crise sanitaire en suivant le virus, ainsi que contre la crise socio-économique en assurant la continuité dans les domaines de l’éducation, des affaires et de la famille. Malheureusement, la fracture numérique n’a pas permis à l’Afrique de profiter pleinement de cette opportunité, avec seulement 28% de la population utilisant l’internet.
Outre la connectivité à l’internet, les éléments de base tels que l’accès à l’électricité, l’alphabétisation, la sécurité alimentaire, l’inclusion financière et les cadres réglementaires requis font défaut, entraînant l’incapacité de la population à utiliser les solutions numériques disponibles.
La pandémie COVID-19 a accentué les inégalités existantes au-delà de la fracture numérique. Alors que des millions de personnes en Afrique sont incapables de se connecter à l’internet, un nombre encore plus important n’a pas accès à l’électricité, à l’eau, à l’éducation et aux services de santé, entre autres besoins fondamentaux. Ces millions de personnes sont tout simplement exclues parce qu’elles ont été laissées pour compte.
À moins que les décideurs politiques africains ne considèrent l’accès aux technologies numériques comme un important outil d’inclusion socio-économique, l’adoption de solutions numériques ne touchera que ceux qui ont l’électricité et l’accès aux télécommunications, renforçant ainsi les inégalités existantes et creusant le fossé entre « les nantis et les démunis ».
En outre, il est important d’éviter une approche étroite lors de l’évaluation de la fracture numérique, car celle-ci va au-delà de la mesure de l’accès à l’internet et inclut des aspects tels que l’infrastructure, les applications et les services. Tout aussi importants sont les avantages pour l’utilisateur, tels que la connectivité sociale et le travail polyvalent, entre autres.
Il est extrêmement difficile de saisir les opportunités que toutes les crises dissimulent très subtilement. Mais les perspectives qu’offre la crise COVID-19 pour l’Afrique doivent être saisies. Dans une situation normale et dans un cadre de routines, il serait presque impossible de générer des perturbations aussi profondes que celles déclenchées par la crise actuelle.
Selon McKinsey and Company, la crise COVID-19 « contient les germes d’une réimagination à grande échelle de la structure économique, des systèmes de prestation de services et du contrat social de l’Afrique. La crise accélère les tendances telles que la numérisation, la consolidation des marchés et la coopération régionale, et crée de nouvelles opportunités importantes – par exemple, la promotion de l’industrie locale, la formalisation des petites entreprises et la mise à niveau des infrastructures urbaines ».
Pour faire face aux perturbations causées par la pandémie et le retour à une meilleure normalité, il faut que l’innovation, en particulier la technologie numérique, soit perçue comme une condition préalable pour que l’Afrique puisse relever ses principaux défis de développement, tels que la pauvreté, l’accès limité aux services de santé, l’insécurité alimentaire, le changement climatique et la gouvernance. Elle est également essentielle pour améliorer la productivité, la compétitivité et la diversification économique.
Surfant sur cette calamité, de jeunes Africains transforment la crise COVID-19 en une opportunité de trouver des solutions numériques innovantes aux défis posés par la pandémie.
Parmi ces innovations, citons mSafari, une entreprise de mobilité qui a mis en place une application de recherche des contacts pour les voyageurs, créée par FabLab, un centre de technologies de l’information et de la communication (TIC) au Kenya ; Wiqaytna 6, une application créée au Maroc qui notifie les personnes ayant été en contact avec des personnes dont les tests ont été positifs pour COVID-19 ; Global Mamas au Ghana, qui produit des masques réutilisables et a conçu des stations de lavage des mains automatisées, sans contact et alimentées par l’énergie solaire, en utilisant des matériaux d’origine locale.
Malgré ces bons exemples, certains défis restent à relever. Les pays africains doivent combler le fossé socio-économique qui alimente la fracture numérique. Si ce lien n’est pas rompu, il sera difficile de débloquer la transformation structurelle. En outre, pour générer une croissance transformatrice en Afrique, la numérisation doit être intensifiée.
Les cinq dernières années ont vu l’émergence d’une vague de changement en Afrique. Trois initiatives africaines indiquent que le continent pourrait s’approcher d’un saut qualitatif en matière de croissance économique et de développement :
1. la création de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) dans le but de créer un marché unique devrait générer un PIB combiné de plus de 3,4 billions de dollars US et profiter à plus d’un milliard de personnes ;
2. la création par le gouvernement sud-africain d’un nouveau Centre pour la quatrième révolution industrielle (C4IR) du Forum économique mondial (WEF), pour le dialogue et la coopération sur les défis et les opportunités présentés par les technologies de pointe
3. le lancement de l’Africa Growth Platform, une initiative du WEF qui vise à aider les entreprises à se développer et à être compétitives sur le plan international, en tirant parti du fait qu’en Afrique, l’activité entrepreneuriale dans sa phase initiale est supérieure de 13 % à la moyenne mondiale.

A LIRE =>  LA FISCALITÉ DES ANCIENS ROYAUMES

Ces initiatives, si elles sont mises en œuvre avec succès, pourraient changer la donne et galvaniser les résultats de la révolution numérique en Afrique.
La vague de changement est soutenue par deux dynamiques. Premièrement, l’approche ascendante où le moteur de la transformation numérique se situe au niveau des entreprises et des communautés ; et deuxièmement, l’approche descendante qui comprend l’intervention des pouvoirs publics dans la création d’un environnement favorable par le biais de politiques et d’écosystèmes d’innovation.
En ce qui concerne l’approche ascendante, la vague de changement a été essentiellement menée par le secteur privé et la société civile. Plus de 400 pôles technologiques ont vu le jour sur le continent, sous l’impulsion des jeunes qui, malgré les difficultés, réalisent à quel point le travail indépendant est lié à l’innovation. Trois de ces pôles, à Lagos au Nigeria, à Nairobi au Kenya et au Cap en Afrique du Sud, ont acquis une reconnaissance internationale.
En ce qui concerne l’approche descendante menée par les décideurs politiques, le rapport du WEF « Readiness for the Future Production 2018 » indique que sur les 25 pays africains analysés, 22 ont été classés comme ayant un faible niveau de préparation, ce qui reflète l’absence de politiques publiques axées sur la création d’un écosystème pour l’innovation.
Dans ce contexte, il est temps de reconnaître que l’investissement dans une numérisation à grande échelle, sur le plan géographique et sectoriel, est devenu un facteur clé de succès pour relever non seulement les défis socio-économiques, mais aussi ceux liés à la paix et à la sécurité, afin de débloquer le développement et la croissance économique.

A LIRE =>  Gouvernance minière: PCQVP organise un atelier de validation de la société civile sur le processus de validation de la Guinée à l'ITIE

Une étude de l’Union internationale des télécommunications (UIT) sur la contribution économique du haut débit, de la numérisation et des TIC a estimé qu’une augmentation de 10 % de la pénétration du haut débit mobile en Afrique entraînerait une augmentation de 2,5 % du PIB par habitant.

Les technologies numériques, dûment intégrées dans un écosystème d’innovation, sont devenues cruciales pour l’élaboration des politiques en Afrique. Il s’agit d’une question urgente, et les priorités doivent inclure des cadres réglementaires bien calibrés, des investissements dans les infrastructures, les compétences numériques et l’inclusion financière.
Si l’adoption massive des technologies numériques est inévitable pour relever les défis socio-économiques auxquels l’Afrique est confrontée, elle présente néanmoins quelques inconvénients. De meilleures TIC démocratisent des informations cruciales pour les agents de production et de marché, en améliorant l’efficacité des chaînes de valeur et en fournissant des produits et services plus abordables, qui finissent par atteindre la partie la plus vulnérable de la population.
Cependant, les décideurs politiques doivent également être conscients des problèmes socio-éthiques complexes qui en résultent, en particulier en Afrique où des institutions faibles pourraient être mal équipées pour gérer la vie privée, les données, le contrôle endogène et la fraude fiscale exacerbée par l’économie immatérielle.
C’est là que l’objectif de développement durable (ODD) 16, qui se concentre sur la promotion de sociétés justes, pacifiques et inclusives, et sur le rôle de la mise en place d’institutions fortes, apparaît comme un moyen d’atténuer les contraintes sur le transfert de technologie associées à l’utilisation abusive des droits de propriété intellectuelle.

Mme Duarte est la Conseillère spéciale pour l’Afrique auprès du Secrétaire général des Nations Unies
Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus
Par:
Cristina Duarte
Afrique Renouveau

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »