A LA UNEInterview

Guinée: quelle suite après le lancement officiel  des assises nationales? La réponse du ministre Mory Condé(Interview)

C’est désormais officiel. Les assises nationales lancées ce mardi, 22 mars 2022, vont se poursuivre jusqu’au 29 avril 2022, aussi bien à Conakry, mais aussi à l’intérieur du pays et hors de nos frontières à travers les représentations consulaires. Après ce coup d’envoi donné par le Président de la transition, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation s’est prêté à l’exercice des journalistes sur la quintessence et la suite du processus de ces assises. Lors de cet échange, Mory Condé a également invité l’ensemble des Guinéens à s’impliquer pour la réussite de ces concertations.

Nous vous proposons l’intégralité de cet entretien. Lisez !

Aminata.com: les assises nationales sont lancées aujourd’hui, quelle doit être la suite ?

Mory Condé: le Président Colonel Mamadi Doumbouya, a dans son discours, annoncé la mise en place d’un comité national qui aura la charge de conduire les assises nationales, non seulement à Conakry, à l’intérieur du pays mais aussi hors de la Guinée à travers les représentations diplomatiques. Cette équipe mise en place, recevra du Colonel Mamadi Doumbouya, l’essentiel par rapport à ces assises. Il reviendra désormais aux membres de cette équipe de travailler d’une part en commun avec le comité national provisoire de réconciliation nationale dirigé par les deux religieux, Monseigneur Vincent Koulibaly et El Hadj Mohamed Saliou Camara. Une fois terminé, c’est le même comité qui présentera le rapport de ces assises au Gouvernement et au Président de la transition avant le conseil national de la transition. 

A LIRE =>  Baccalauréat unique: Fin des épreuves, la réaction des quelques élèves à N'zérékoré

Vous êtes responsable de ces assises nationales, comment vous mesurez l’enjeu de cette initiative?

Oui, l’enjeu est assez important. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation a pu assister au comité national dans l’organisation matérielle, humaine et financière. Les restes, il revient à ce comité de définir l’ensemble des orientations stratégiques et la conduite de ces assises. C’est pourquoi lorsque j’ai été interpellé par certains de vos collègues journalistes sur des termes de références, je leur dit que nous nous n’avons pas mission de faire ces TDR. Il revient à ce comité composés de 25 personnes dont les politiques, des acteurs de la société civile, du secteur privé, des centrales syndicales, des organisations socioprofessionnelles, des membres du CNRD et du Gouvernement qui vont se retrouver afin de discuter en fonction des directives du contenu du discours qu’a prononcé le Président de la transition. Ceci pour définir les orientations stratégiques et dire qu’est-ce qu’il faut en Guinée aujourd’hui en fonction de ce que nous avons déjà comme résultat du travail de nos deux religieux sur la réconciliation nationale. Ce qu’il faut également pour actualiser ce travail et faire le reste sur des assises nationales à l’intérieur du pays. Donc pour moi c’est un enjeu d’intérêt national qui va au-delà de nos frontières et qui demande la participation de tous les Guinéens où qu’ils soient. 

A LIRE =>  Nouvelles grilles tarifaires d'Orange Guinée: l'ARPT dit niet et menace(note)

 Vous parlez de l’adhésion de tous, tandis qu’il y a une soixantaine partis politiques qui a boudé ?

Je pense que c’est une mauvaise lecture parce qu’il vous souviendra qu’à un moment donné, on avait annoncé que 58 partis politiques sont signataires d’un document appelant à un boycott. Mais il se trouve aujourd’hui que l’essentiel de ces partis se trouve dans cette salle. Je pense qu’il faut revoir ces chiffres, bien vrai que certains partis disent n’avoir pas compris la stratégie, mais nous souhaitons que cette stratégie une fois déclinée, reviennent à la raison pour la réussite de ces assises. 

Est-ce que vous pensez que ce sont ces assises nationales qui vont aboutir à la réconciliation nationale comme demandées par plusieurs victimes d’événements dans notre pays ?

Je pense que la réconciliation est un processus. Ces assises permettront de déterminer ce que le peuple de Guinée dans son entièreté,  au regard de son histoire positive ou négative de l’indépendance à date, souhaite vraiment. En fonction de ces souhaits du peuple de Guinée, je pense que le Gouvernement, le Conseil National et les Institutions auront l’obligation d’œuvrer dans ce sens. Mais ça serait prématuré d’annoncer à l’occasion du lancement, à quoi  aboutirait ces assises.

Propos recueillis par Sâa Robert KOUNDOUNO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »