« Malgré tous nos succès, le Sida n’est pas encore terminé », déplore Séraphine Wakana du PNUD
Noter l\'article

La 16ème Journée Mondiale de lutte contre le Sida a été célébrée ce vendredi 1er décembre 2017, à l’Esplanade du Palais du Peuple. Cette journée est l’occasion d’un côté de faire le bilan de la pandémie du Sida et de l’autre de l’engagement des autorités, acteurs et partenaires de manifester en faveur du combat contre le virus.

Le thème retenu cette année par l’ONUSIDA est « Droit à la Santé ». Selon le Secrétaire exécutif du Comité National de Lutte contre le Sida, Dr Abass Diakité : « l’épidémie du VIH/Sida constitue un grave problème de santé publique en Guinée où elle représente une cause importante de la mortalité et de morbidité avec un impact négatif au plan humain mais également sur le plan de développement économique et social. Cette épidémie est de type généralisée avec une prévalence de 1,7% au sein de la population générale qui varie selon le sexe, elle est de 2,1% chez les femmes contre 1,2% chez les hommes ».

Dr Abass Diakité a saisi l’occasion pour parler des avancées enregistrées en Guinée. « Le nombre de site qui offrent des services en matière de conseil et dépistage volontaire est passé d’au moins 100 à 126 ; quant aux services de prévention de la transmission mère-enfant (PTME), le nombre de sites intégré a doublé passant de 131 en 2013 à 323 en 2016 ; aussi 70 structures sont fonctionnelles ; l’installation des bureaux de coordination du secrétariat exécutif du CNLS dans les régions administratives du pays ainsi que dans la ville de Conakry », a-t-il cité.

La cérémonie de célébration de cette journée a été présidée par le Premier Ministre, chef du gouvernement, Mamadi Youla (président du comité de lutte contre le sida en Guinée). Il a saisi cette occasion pour réitérer l’engagement du gouvernement à lutter contre le VIH. «Le mécanisme de riposte dans notre pays figure au rang des priorités du gouvernement de la 3èmeRépublique pour une Guinée sans Sida à l’horizon 2020. Je voudrais réaffirmer l’engagement et la disponibilité du gouvernement pour poursuivre les actions dans la mobilisation des ressources internes publiques que privées dans la riposte global », s’est-il engagé de nouveau. Car, « Si de nos jours des résultats encourageants son enregistrés, il n’en reste pas moins que la bataille contre le SIDA est loin d’être gagnée».

Pour sa part, la représentante du Programme des Nations Unies pour le Développement, Séraphine Wakana a dit que : « malgré tous nos succès, le Sida n’est pas encore terminé. Ici en Guinée, plus de 120 000 personnes sont affectées et seulement 35 % ont accès au traitement antirétroviral. Au nom du système des nations unies renouveler notre engagement à continuer à œuvrer à vos côtés dans la lutte contre le Sida », a-t-elle promit.

Oumar M’Böh pour Aminata.com

+224 622 624 545/666 369 744

mbooumar@gmail.com

PARTAGER