orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Foniké Mengué
Foniké Mengué

Guinée: l’opposant Oumar Sylla « Foniké Mengué » condamné à 11 mois de prison ferme

Guinée: l’opposant Oumar Sylla « Foniké Mengué » condamné à 11 mois de prison ferme

 

La descente aux enfers se poursuit pour les opposants au troisième mandat du président guinéen Alpha Condé. Oumar Sylla « Foniké Mengué » responsable des antennes et de la mobilisation du front national pour la défense de la constitution (FNDC) a été condamné ce jeudi 28 janvier 2021 par le tribunal de première instance (TPI) de Mafanco à 11 mois de prison ferme.

 

Foniké Mengué était poursuivi pour participation délictueuse à un attroupement susceptible de troubler l’ordre public.

 

 Dans son réquisitoire, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mafanco a demandé la condamnation de l’opposant Oumar Sylla à un an de prison ferme.

 

Cet opposant au changement constitutionnel en Guinée et au troisième mandat d’Alpha Condé a été arrêté le 29 septembre dernier et son procès s’est ouvert le lundi 11 janvier 2021 après qu’il ait fait deux semaines de grève de la faim.

 

 « J’étais sur une moto. J’ai été kidnappé par des policiers à Gbessia. Un groupe était en civil et l’autre en tenue. Je peux dire que j’ai été victime de tentative de mort. Parce qu’on m’a kidnappé manu-militari. On m’a fait tomber de la moto. On m’a brutalisé. Je suis une victime. Normalement, c’est moi qui dois porter plainte contre les agents qui m’ont arrêté. Lorsqu’on m’a kidnappé, un agent a appelé son supérieur. Celui-ci lui a demandé si j’étais avec des gens, l’agent lui a dit non que j’étais à moto, son supérieur lui a dit de tout faire pour me prendre en photo avec des gens », a-t-il expliqué à la barre.

A LIRE =>  Quand les faits, les réalités trahissent les incantations, les insinuations mensongères 

 

Il y a quelques jours, c’est Souleymane Condé coordinateur du FNDC aux États-Unis d’Amérique (USA) et son ami Youssouf Dioubaté

qui ont été condamnés à un an de prison ferme et au paiement d’une amende de 20 millions de francs guinéens chacun.

 

Des centaines d’autres opposants avant et après l’élection présidentielle du 18 octobre dernier croupissent en prison sans procès. Quatre parmi eux sont décédés en détention.

 

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

Share and Enjoy !

Shares

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »