Maladho Kaba ministre de l’économie et des finances l’a dit à l’occasion de la signature de la convention de financement relative au Projet de redressement des capacités techniques et commerciales de la société des eaux de Guinée (SEG).

Dans son discours, elle a affirmé que la rareté de l’eau maintient des populations entières dans des trappes à pauvreté, et alimente des conflits politiques qui peuvent aller éventuellement jusqu’au conflit armé.

Elle est omniprésente, mais la quantité utile pour les activités humaines est répartie de manière extrêmement inégale. Selon l’Académie de l’eau, là où l’eau est abondante, la richesse finit par apparaître grâce au travail des hommes. Là où l’eau n’est pas présente ou presque, demeure le plus souvent la pauvreté. Gérer économiquement l’eau est quasiment synonyme de lutter contre la pauvreté. L’économie de l’eau est un vecteur essentiel de l’amélioration des conditions de vie et de la cohésion de la société toute entière”,  a-t-elle indiqué.

Et de poursuivre:Selon la dernière enquête MICS de 2016, 82,4% de la population guinéenne a accès à l’eau potable et 53,4% à l’assainissement. Des taux, certes appréciables, mais encore loin de l’universalité de l’accès à ces deux fondamentaux pour tous voulu par les Objectifs de Développements Durables (ODD). En effet, ces taux cachent des disparités importantes, car en milieu rural, 65% de la population a accès à une eau potable contre 90% de la population en milieu urbain. En termes d’assainissement, 32% de guinéens vivant en milieu urbain ont accès à un assainissement contre 11% pour ceux vivant en milieu rural“.

Selon Maladho Kava,  si le nombre de ménages ayant accès à l’eau potable a connu une augmentation significative durant les dix dernières années, les défis pour améliorer l’accès à l’eau potable des guinéens reste critique.

La convention que nous allons signer porte sur un montant de 30 millions d’euros, destinée à l’amélioration des performances techniques et commerciales des agences des communes de Matoto et de Ratoma ainsi que le renouvellement des équipements obsolètes des sites de production d’eau potable de Conakry et les 25 centres de l’intérieur gérés par la SEG“, a fait savoir la ministre.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata. com