Un bénéficiaire de la bouse Chevening offerte par le Royaume Uni de l’année académique 2017-2018 a accordé une interview à notre rédaction la semaine dernière où il a témoigné largement sur les avantages de cette opportunité envers les jeunes guinéens. Selon Amadou Diouldé Camara cette expérience est la plus mémorable de toute sa vie.

Nous vous proposons l’intégralité de l’interview

Aminiata.com : présentez-vous à nos lecteurs s’il vous plait ?

Amadou Diouldé Camara, Je suis diplômé à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry en journalisme, Mon expérience professionnelle, c’est surtout en communication dans différentes institutions, organisations. J’ai aussi un background avec une expérience dans un domaine qu’on appelle « Industrial Relation ». Je pense son équivalent en français est relation de travail. Je suis aussi activiste de la société civile, je suis membre fondateur d’une ONG de développement communautaire d’un nom d’UDID (Union pour le Développement Intègre et Durable), je suis actuellement le président du conseil d’administration de cette ONG. Je suis aussi et surtout heureux bénéficiaire de cette prestigieuse bourse qu’on appelle Chevening, pour l’année académique 2017-2018. J’ai été à l’université Bradfood, ça c’est un peu dans le nord de l’Angleterre, tout près de Machester. J’ai fait un master en développement international, axe sur le développement et la gestion des projets, c’est-à-dire des projets d’investissement, des projets de développement. Cette année,  j’ai été malheureusement le seul guinéen admis au programme,  tandis qu’il y avait de places disponibles pour d’autres guinéens mais j’ai été seul.  Alors je me suis fixe un devoir moral de travailler pour aider en ma modeste façon pour que le maximum de guinéens possible soient admis au programme Chevening.

Aminiata.com : en tant que bénéficiaire de la bourse Chevening, parlez-nous un peu de cette bourse ?

Amadou Diouldé Camara : la bourse a été initiée et mise en œuvre par le gouvernement Britannique, il y a quelques décennies. Donc, elle vise essentiellement à donner la chance à des personnes qui en dépit de leurs potentiels, de leurs qualités, de leurs engagements, ils n’ont pas les moyens de payer les frais liés à un programme de Master en Angleterre. Donc, elle vise à contribuer, à former les leaders de demain. La Guinée comme beaucoup d’autres pays en voie de développement, notamment des citoyens non Britanniques, non européens sont éligibles à ce programme de bourse qui dure un an.

A la fin de l’année académique 2017-2018 il a eu un total de 50 milles boursiers qui en ont bénéficié de cette bourse. Ces personnes  ont été formées et  sont rentrés chez elles  pour contribuer au processus développement sociaux-économiques de leurs pays d’origine. En ce qui concerne la Guinée, je pense que la bourse a été ouverte aux citoyens guinéens il y a quelques années. En dépit de cela, le tôt de participations des guinéens par rapport aux autres pays est très faible. La preuve est que moi par exemple, pour l’année 2017-2018, j’ai été le seul guinéen. J’avais un sentiment mitigé, j’étais,  en tant que bénéficiaire de la bourse la plus prestigieuse au monde, je ne pouvais pas   ne pas vous réjouir mais en même temps, si vous avez un petit grain d’altruisme  vous allez vous posez la question, pourquoi vous seul ?

J’ai posé cette question à Mme l’Ambassadrice de la Grande Bretagne ici à Conakry avant mon départ, et en mainte occasion, j’ai posé la question à des représentants des autorités Britanniques.  Je me rappelle Madame l’ambassadrice ici m’avait dit, vous savez Camara mon objectif, c’est de faire en sorte que le maximum de guinéens  bénéficient de ce programme. Maintenant, il faudrait que nous tous, nous nous investissions pour l’existence de ce programme soit vulgarisé auprès des guinéens, notamment les jeunes afin qu’ils connaissent non seulement le programme, mais aussi, ce qui faut pour être admis.  C’est ce que vous et moi, nous sommes en train de faire comme ça.

J’ai appris que récemment, le gouvernement Britannique a décidé d’augmenter le nombre de places pour l’Afrique. Alors l’année passée moi j’étais seul. J’ai vu des pays comme la Gambie et (beaucoup d’autres d’ailleurs) plus petite que la Guinée en termes de population qui avait 5 représentants. Le Ghana avait 6, le Sénégal avait 8 et j’en étais très jaloux et je leur disais souvent en moquerie, vous savez nous sommes super plus intelligents que vous, et vous le savez bien que c’est nous qui avons donné le ton pour l’indépendance en Afrique. Donc, nous avons énormément de potentiel et vous verrez dans les années à venir beaucoup plus de guinéens. Je suis convaincu qu’il y a beaucoup d’autres guinéens aussi plus brillants que moi, et ils vont commencer à postuler et vous verrez les couleurs guinéens en Angleterre dans les années à venir.

Aminiata.com : quel est le processus à suivre pour bénéficier à cette bourse ?

Amadou Diouldé Camara : dans le processus, il y a quatre critères importants : premièrement, il faut être de nationalité guinéenne. Deuxièmement, il faut avoir un diplôme universitaire, que ça soit maintenant bac + 3 ou bac + 4, mais que vous ayez un diplôme universitaire. Troisièmement, il faudrait que vous ayez un niveau décent en anglais parce que vous savez pour prendre part à un programme au niveau master dans l’un des pays les plus avancés au monde, c’est extrêmement compétitif, il faut savoir communiquer dans la langue, la langue d’instruction, l’Anglais. Alors, c’est important d’avoir un niveau décent en anglais. Quatrièmement, il faut avoir un minimum d’expériences professionnel ; je pense de deux ans.

Généralement si vous allez sur le site internet du programme de la bourse, c’est www.chevening.org//play, moi je souhaiterai que l’ambassade ajoute un 5ème critère qui est la motivation et la détermination (rire……). Un programme si prestigieux que celui-là, tenez-vous bien, il prend en compte presque tout, le billet d’avion aller et retour, surtout aussi des frais d’études, la prise en charge, de l’argent de poche, on vous donne tout ce qu’il vous faut pour que vraiment vous réussissez ce programme. Alors beaucoup de personnes voudraient y être admises ; c’est ce qui fait qu’il soit extrêmement compétitif.  Donc, cela mérite vraiment une très grande motivation et d’engagement,

Aminiata.com : qu’est qui a été votre motivation jusqu’à ce que vous ayez décidé de postuler à cette bourse ?

Amadou Diouldé Camara : moi j’ai toujours nourri l’ambition de pouvoir faire quelque chose pour mon pays ; contribuer à l’édification nationale. , contribuer tant soit peu au développement de mon pays. Donc, j’ai toujours cherché à savoir ce que je peux faire. Maintenant, au fur en mesure que j’observe l’évolution de notre pays, comme vous le savez nous avons énormément de potentialités, notamment naturelles.

Nous avons 7 milliards de tonnes de bauxite qui représentent presque que le quart des réserves mondiales. Nous avons plus de deux milliards de tonne de minerai de fer. Nous avons plus de 40 millions quarra de diamant, de l’or, etc. ; et on appelle la Guinée le château d’eau de l’Afrique parce que tous les grands fleuves qui arrogent la sous-région viennent de la Guinée.  Je pense que le potentiel hydroélectrique est de 6 milles méga watt ce qui serait environ 10% des besoins de la Guinée  en énergie. Nous avons plus de 6 millions hectares de terre cultivable. Nous avons plus de 354 milles hectares de terre irrigable, donc malgré tout cela, la moyenne de la croissance économique de la Guinée est moins de 5% depuis l’indépendance. Donc, moi je me suis tellement posé de questions pourquoi nous n’arrivons pas à avancer. Et faisant attention de près a d’évènement sociaux politiques qui ont jalonné l’histoire du pays, et aussi une expérience personnelle que j’ai vécue  dans ma vie m’ont amené à dire que la diversité ethnique ou plutôt  le niveau de division ethnique en était  pour quelque chose.

Alors, je me suis dit je voudrai explorer pour voir si réellement le niveau de division ethnique était une cause à la base des difficultés pour déclencher un processus de développement économique durable. Donc, c’est dans ce cadre que j’ai commencé à chercher  d’opportunités pour faire des études académiques dans de grandes institutions afin de pourvoir vérifier ma conclusion hypothétique. Et puis après travailler pour réaliser l’objectif de ma vie :   contribuer à faire en sorte qu’un jour  guinéen du nord, du sud, de l’est, de l’ouest et du centre ne juge pas un autre guinéen sur la base  des origines ethnique mais plutôt sur la base de ce qu’il peut faire, ou ne peut faire pour la Guinée.  Très heureusement je suis venu à l’encontre de Chevening, j’y ai postule et j’y ai été admis.

Aminiata.com : quel est le processus pour postuler ?

Amadou Diouldé Camara : c’est comme ce que je vous expliquais tout à l’heure, c’est-à-dire que vous allez sur le www.chevening.org//aplay, il y a tous les critères : être de nationalité guinéenne. Avoir un diplôme de niveau universitaire bac + 3 ou bac + 4 et puis après ça avoir un niveau décent en anglais et avoir un niveau d’expérience professionnelle. Si vous allez en ligne, vous cliquez sur « aplay », après vous choisissez « Guinea » et « Scholarship » c’est sont les deux. Une fois que vous cliquez, vous verrez il y a des rubriques, des thématiques. Je pense que le gouvernement Britannique a des priorités pour la Guinée, qui sont entre autres   la sécurité, la bonne gouvernance, le développement économique. Vous faites en sorte que le programme que vous choisissez cadre avec ces thématiques. Comme par exemple si vous êtes journalistes, la bonne gouvernance implique l’existence  des medias qualifiés et professionnels qui contribuent à cette bonne gouvernance. Il y a une liste sur le site d’une quarantaine d’universités partenaire au programme. Parmi ces universités vous choisissez jusqu’à trois universités. Et vous postulez directement au niveau des universités indépendamment du programme. Donc, ces universités-là, vont vous offrir une place si vous avez une seule place, ça suffit, vous n’avez pas besoin plus d’une place. Donc, c’est cette offre d’une place que vous combinerez avec les autres documents pour remplir les autres rubriques pour soumettre.  Il y a un formulaire en ligne que vous allez remplir et ce formulaire contient vos informations personnelles : disons votre parcours scolaire, votre expérience professionnelle et puis la bourse proprement dite.

Au niveau de la bourse proprement dite, il y a ce qu’ils appellent le questionnaire de la bourse. Dans le questionnaire de la bourse, on demande souvent vos aptitudes ou bien votre expérience en leadership, en  réseautage et votre plan de carrière lorsque vous aurez fini la formation en Angleterre. Pour cette année, je pense que la date limite c’est le mois de novembre. Donc, quand vous finissez de remplir, vous mettez les trois choix, dès que vous soumettez, vous ne pourrez plus changer, c’est pourquoi c’est bon de se  rassurer d’avoir choisi les universités qui ont le programme qui cadre avec et répond aux besoins du candidat, et qui cadre aussi avec  les questions de  bonne gouvernance, de sécurité, de développement économique etc. qui sont les priorités du gouvernement Britannique pour la Guinée. Donc, dès que vous soumettez, vous attendez qu’on vous  annonce si  avez été présélectionné. Et si c’est le cas vous prendrez part a une interview. Dans cette interview, c’est extrêmement important que vous  prépariez par rapport aux informations qu’aurez déjà  soumis dans le dossier de candidature, parce que généralement ils y reviennent ces  questions très souvent : vos  capacités en leadership, en réseautage, et votre plan de carrière, lorsque vous aurez fini votre programme en Angleterre.

Aminiata.com : ça vous a pris combien de temps pour postuler ?

Amadou Diouldé Camara : c’est un processus relativement long dont moi je ne dirai pas difficile. Bon il n’y a pas une chose fortuite et gratuite dans la vie, surtout les grandes choses. Ce qui est important c’est que le candidat commence à temps. Par exemple ceux-là qui ont de lacunes en Anglais, par exemple, ils  devraient commencent tôt et   se préparer, et faire le test, et refaire si nécessaire. Au niveau du formulaire en ligne je reviens quand le candidat créé son profil ou bien son compte en ligne, il peut remplir 5 ou 10% aujourd’hui, il sauvegarde et ferme, et il revient plus tard, il n’est pas obligé de loger toutes les informations en même temps.

Donc, c’est un processus presque qui prend un an mais ce n’est pas une année où il va être intensément occupé. Il se prépare et il fait les choses graduellement, pas à pas, afin qu’avant  la date limite, il puisse remplir tout dans la plus grande lucidité et soumettre sa candidature. Le comité de sélection va analyser les dossiers, ça prend du temps pour prendre les meilleurs. En attendant, il attend. Je pense que c’est jusqu’ en avril au plus tard. , Les résultats  vont sortir et là le candidat saura s’il a été présélectionné ou pas. Après cela, on demande au candidat de choisir un jour et une heure pour l’interview, ça aussi c’est en ligne. Et après on l’appelle pour son interview. Quand l’interview là aussi finit, il attend qu’on lui annonce quelques temps après s’il est admis. Mais déjà, il faudrait pour le test en anglais, il faut qu’il se prépare pour qu’il puisse le présenter  en juin.

Aminiata.com : quels sont les avantages de cette bourse ?

Amadou Diouldé Camara : les avantages sont illimités. Moi j’avoue cette expérience est la plus mémorable de ma vie.  Avec ce programme vous pouvez être le meilleur journaliste au monde  si vous vous engagez pour faire un master en journalisme, en Angleterre. Ils ont les meilleures  les meilleures écoles au monde. Vous pourrez être le meilleur entrepreneur au monde avec un master en Angleterre dans le cadre du programme Chevening. Si vous êtes politicien, peut-être vous pouvez être président de la République avec Chevening. L’Angleterre a tout ce qu’il faut pour faire d’un étudiant de ce qu’il veut être.  Transformer ses rêves en réalité. C’est illimité et là vous rencontrez comme je vous le disais plein d’autres gens venant de partout à travers  le monde. Vous allez découvrir le pays dans  toute sa diversité, les Anglais qui sont très hospitaliers,  très ouvert et puis vous pouvez découvrir   d’entreprises, d’entrepreneurs que vous pouvez amener en Guinée pour y investir. Quand vous revenez, vous réalisez l’objectif de votre vie.

Aminiata.com : comment ça été votre séjour d’étude du côté de l’Angleterre ?

Amadou Diouldé Camara : c’est mémorable, comme je vous le disais tant tôt, il faut être très honnête avec vos lecteurs, le jour que vous atterrissez  à l’aéroport, une question fondamentale, c’est l’hébergement. Donc, si par exemple quelqu’un est sélectionné, c’est important qu’il prenne contact avec ceux qui ont été et qui sont revenus. Ils peuvent lui être d’une grande utilité et lui donner des conseils parce que moi par exemple, je suis tombé dans ce piège, quand je suis arrivé, j’ai pris un hébergement qui étais  relativement chers. A un moment donné, j’arrivais plus à épargner assez. Donc s’ils prennent contact avec les gens qui y ont été, ils peuvent les guider pour qu’ils fassent une très bonne sélection.

Et puis il y a des orientations par exemple quand ils arrivent, ils peuvent voir qu’ils n’ont que 3 ou 4 cours dans la semaine. S’ils le prennent ainsi, ils pourraient se dire qu’ils vont aller faire du tourisme (rire) ou aller jouer etc. Le programme de Master est extrêmement intensif. Ce sont généralement des programmes de 24 mois qui sont compresses en 12 mois, et surtout aussi  là-bas, quand vous venez en classe, on vous donne les grandes lignes, et puis le reste c’est à vous de le faire avec l’aide surtout des bibliothèques. Toutes les universités ont bibliothèques sont ouvertes 24h/24, 7 jours/7. Moi je ne dormais généralement que 3 heures du temps par exemple d’autant plus que la thématique que j’avais choisie (l’impact la diversité ethnique sur le processus de développement économique des pays) était extrêmement complexe. La thématique n’a été abordée que dans le domaine académique récemment. Lorsque je suis arrivé, je me suis fixé un objectif clair, premièrement, c’était d’apprendre et deuxièmement avoir les meilleures notes possibles mais les notes n’étaient pas forcement ma priorité.  Ma priorité c’était d’acquérir le maximum de connaissance et d’aptitude dans mon domaine. Ce pourquoi je suis parti. Donc, quand ils arrivent qu’on les donne leur programme, ils devraient immédiatement  à la tâche.

Aminiata.com : avez-vous un appel ou un conseil à lancer ?

Amadou Diouldé Camara : Chevening c’est la bourse la plus prestigieuse  au monde. Je le dis sans hésitation  parce que je l’ai déjà vécu. Je suis parti, j’ai vu, j’ai vécu et j’ai vaincu si vous voulez parce que j’ai fini le programme et je suis revenu.

Donc, c’est une opportunité en or, et le monde entier voudrait la saisir. L’opportunité est donnée aux guinéens. C’est vrai comme vous le disiez tantôt, il y a quelques défis liés notamment à la langue,   mais aucun défi ne devrait être insurmontable pour la Guinée et les Guinéens. Nous avons donné le ton pour les  indépendances en Afrique, on a dit ‘’yes we can’’.  C’est nous qui avons donné les Camara Laye, les Thierno Monenembo, il y a énormément de potentialités dans ce pays. C’est nous qui avons donné ce Caporal Soumah qui a bravé les femmes pour sauver un gamin de 5 ans, il y a quelques semaines, et donc il n’y a rien d’impossible pour le guinéen pour vu qu’on s’engage, et qu’on s’arme de motivation. Alors cette bourse est là à notre porte, elle peut vous aider, comme je le disais, à transformer vos rêves en réalité. Je dirai aux jeunes guinéens de se lever, aller la décrocher, ce n’est pas impossible, c’est possible, je suis convaincu.

Je tiens à remercier le gouvernement Britannique pour cette opportunité, le personnel qui gère le programme depuis Londres, mais aussi le personnel de l’ambassade de la Grande Bretagne à Conakry, ma famille (ma femme et mes enfants), mes parents et surtout aussi le bon Dieu de qui tout dépend.

Interview Réalisée par Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

 

 

 

 

 

PARTAGER