Invitée  de  l’émission ‘’tindhe  et tassande’’ c’est  à  dire  face  à  face   de  la radio  Espace  Foutah Hadja  Koumanthio Zeinab Diallo récemment   choisie  pour  représenter la REFMAP dans  son  combat  pour  la  restauration  de  la  paix a  dû  essuyer plusieurs  questions autour  de  la  nouvelle  confiance  dont  elle  se   voit  investie et  dans  la  façon  dont  elle  compte  gérer  les  activités  qui  seront  bientôt  siennes .

« l’intention  de  vouloir instaurer  la  paix  dénote  qu’il y a  une  absence  de  paix. Il y a  d’abord  un  acte  nominatif  qui  a  été  soumis  au  gouverneur  de  région maintenant  les  outils  de  travail et  le  cahier de  charge  restent  à  définir.

Mais  moi j’ai  déjà  entamé  des  démarches par  rapport  à  contacter les  partenaires qui agissent  dans  le  domaine, aussi  tous  nous  savons  les  pistes  à  explorer pour  atteindre la  paix.

Moi , de  mon  point  de  vue lorsqu’il y a  un  incendie et  que d’un  des côtés il  y a  un  sapeur  qui  se  bat à  l’éteindre  et  que  de  l’autre  il y a  un  pyromane, le  maitriser  devient  difficile.

La  paix  implique  une  éducation  citoyenne, une sensibilisation, entre voisins  ou  concitoyens  il  peut  survenir  des  couacs furtifs  mais  il  ne faut  pas s’y  attarder  en  faire  des  rancœurs  ou  des  haines à long  terme.

Il y a des  choses  que  les  moyens  seulement  ne  peuvent  pas  atteindre  immédiatement , et  nul  ne  peut  se  targuer  ou  promettre dont  il  ne  maitrise  pas  les  implications.

Nous espérons jouer un  rôle en  poular avec  des  institutions  comme  la  baïonnette intelligente  déjà sur  le  terrain et  d’autres encore  pour  ajouter notre  concours.

Certes , en  amont  les  femmes  ministres  et  parlementaires  ont  impulsé  la  dynamique et  elle  ne  concerne  pas  que  les  femmes.

Certaines  dérives  sociales sont  dues au  manque  d’emploi  des  jeunes mais  il  y a  aussi  le  fait  que  les  frustrations  répétées et  accumulées  font  déborder  le vase.

En  définitive, chacun doit porter  un  idéal  de  paix  pour la  nation et  comme  le  dit un  proverbe  poular ,les  bonnes  actions  antérieures  servent  de  bouclier  aux  erreurs  à  venir.

Encore  une  fois nous  n’avons  rien  programmé d’abord  mais  au  lieu  de d’attendre  que  les  problèmes  éclatent  pour  tenter  d’apaiser , il  faut agir   en  amont, être  en  phase  avec les  citoyens, s’enquérir  et  consulter et  surtout  partager. »

Ousmane K. Tounkara pour Aminata.com

PARTAGER