A LA UNEAfrique

Violences meurtrières en Sierra Leone: le bilan passe de 2  à près de 30 morts 

Au moins 27 personnes sont mortes lors de manifestations anti-gouvernementales en Sierra Leone, ont annoncé jeudi 11 août 2022 la police et d’autres sources.

Six policiers et au moins 21 civils ont été tués alors que des centaines de personnes sont descendues dans la rue, frustrées par les difficultés économiques et l’incapacité perçue du gouvernement à amortir l’impact de la hausse des prix. Une vidéo vérifiée par Reuters montrait un policier tirant avec une arme à feu sur une foule à Freetown.

Sulaiman Turay, un jeune de 19 ans vivant dans la partie est de la capitale du pays d’Afrique de l’Ouest, a marché brièvement avant que la police ne commence à tirer des gaz lacrymogènes et a déclaré avoir vu plus tard des manifestants se faire tirer dessus depuis son porche.

«Je pense que les gens sont choqués. Ce n’est pas le pays que nous connaissons. La Sierra Leone est un endroit paisible », a-t-il déclaré.

Les troubles sont très inhabituels pour la Sierra Leone, en particulier à Freetown. Quelques personnes ont été tuées lors de manifestations isolées dans d’autres villes ces dernières années.

Le président Julius Maada Bio a déclaré que les circonstances entourant les événements de mercredi feraient l’objet d’une « enquête approfondie ».

A LIRE =>  Guéckédou: le naufrage d’une pirogue fait 3 morts et 4 portés disparus

D’autres images vérifiées de Freetown montraient des nuages de fumée et de gaz lacrymogène alors que de grandes foules lançaient des pierres et brûlaient des pneus et que des officiers armés patrouillaient dans les rues.

Longtemps tenues en échec, les frustrations des citoyens ont été exacerbées par la hausse des prix des produits de base dans un pays où, selon la Banque mondiale, plus de la moitié de la population d’environ 8 millions de personnes vit en dessous du seuil de pauvreté.

Le bilan de mercredi comprend deux policiers tués à Freetown, trois dans la ville septentrionale de Kamakwie et un dans la ville septentrionale de Makeni, a déclaré l’inspecteur général de la police, William Fayia Sellu.

Au moins 13 civils ont été abattus à Freetown, a déclaré le personnel de la principale morgue de la ville. Des sources hospitalières ont indiqué que quatre civils ont été tués à Kamakwie et quatre autres à Makeni.

Un calme étrange était revenu à Freetown jeudi, ont déclaré des habitants, alors que les magasins étaient fermés et que les gens restaient par peur des troubles.

Internet a été coupé pendant deux heures mercredi et à nouveau dans la nuit, selon l’observatoire Internet NetBlocks.

La police a déclaré qu’un couvre-feu resterait en vigueur de 19 heures à 7 heures du matin, heure locale, à partir de jeudi après que le gouvernement a imposé un couvre-feu à 15 heures mercredi pour tenter d’endiguer la violence.

A LIRE =>  Violences meurtrières et arrestations à Conakry: l'Alliance Nationale pour l'Alternance et la démocratie hausse le ton 

The Guardian

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other

Translate »