Nous nous félicitons du vaste programme traitant des grands chantiers du gouvernement en vue de faciliter les déplacements des populations. Tout y est : transport routier, mobilité urbaine à ABIDJAN et à ailleurs, infrastructures de transports ferroviaire, lagunaire et aérien sans oublier la sécurité routière, la professionnalisation du secteur et le renforcement du cadre législatif et règlementaire.

S’agissant en particulier de la mobilité urbaine à Abidjan, une préoccupation de tous les instants, les projets de métro et de gare inter urbaine moderne d’Abidjan, ont particulièrement retenu notre attention, en raison des variantes que l’on pourrait y apporter, pour davantage d’efficience et d’efficacité.

1/ le train rapide d’ABIDJAN, que dis-je, le métro d’Abidjan pourrait voir son réseau se densifier par une ligne Yopougon- Bingerville passant par Abobo où l’on aurait une correspondance avec la ligne Anyama- Port-Bouet. Le passage par la zone reliant le secteur de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), à celui de N’Dotré éviterait d’énormes contraintes techniques qu’imposerait l’aspect très accidenté de la voie Adjamé-Yopougon.

2/ s’agissant de la gare interurbaine, elle gagnerait à être reliée à des gares périphériques à réaliser à chacune des entrées naturelles de la ville d’Abidjan. Il s’agit de Yopougon, Anyama et Grand-Bassam. Cet aménagement éviterait la circulation de gros porteurs dans la ville d’Abidjan, les connections étant alors assurées par des cars de moyenne portée qui feraient le lien entre la gare inter urbaine et les gares périphériques. Cette variante qui n’est pas incompatible avec les circuits propres à la SOTRA, nous ferait l’économie d’un quelconque monopole à attribuer aux uns ou aux autres.

Usagers de la grande agglomération d’Abidjan, l’embouteillage nous prend constamment en otage, allonge nos déplacements s’il ne les limite pas, nuit énormément à nos obligations et relations communautaires, avec au bout, un relâchement pernicieux de notre cohésion sociale.
Vivement, comme le préconise Monsieur le Ministre des transports, que nous allions vite aux réformes envisagées en vue, entre autres, d’une nette amélioration de la mobilité à ABIDJAN, notre perle des lagunes, avec en effet induit, une certaine réduction du nombre d’automobiles en circulation.

Mamby KOULIBALY
Cadre de banque

PARTAGER