Décrets du Chef de l’État, la traditionnelle symbolique politique respectée

Le journaliste Habib Marouane Camara
Le journaliste Habib Marouane Camara

Comme dans tout pays dans une situation socio-politique difficile, la traditionnelle très symbolique action politique est de procéder à un remaniement gouvernemental à la dimension de la crise qui secoue le pays.
L’acte suprême doit correspondre proportionnellement à la nature de la crise et au choix des solutions convenables.
D’abord, si la crise est d’ordre syndical ou social, la symbolique politique voudrait que les Ministres en charge des secteurs de l’Éducation, du Travail, de l’emplois ou de la formation payent les frais. Ce fût le cas de la dernière crise syndicale qui a secoué le pays.
Ces décrets de ce soir ne dérogent pas à la règle.
Et d’ailleurs, il faut souligner que la sanction du Chef de l’État n’a pas été profonde. Pour attenuer la colère publique face au nombre très considérable de tueries de ces derniers temps, le Chef de l’État devait étendre son fouet à d’autres départements qui ont été moins éfficaces. Parmi ces derniers, le Ministère de l’administration du territoire et des affaires politiques, des Affaires Étrangères et de l’Action sociale. Le pays connait des troubles politiques difficiles. Le Président pouvait à cette occasion ultime de se refaire une certaine légitimité politique. Et la solution la plus adéquate est un acte hautement politique.
Une erreur de casting?
Oui. Il faut certes saluer ce début d’action du Chef de l’État même s’il a péché sur le choix des hommes. La volonté est déjà une marque de realisme dans l’action politique et non dans la solution convenable.
Il pouvait faire mieux. En proposant de nouveaux visages pour couper l’acte d’État au cordon politique. Difficile de faire du nouveau avec du vieux. On ne guérit pas une nouvelle plaie avec une bande souillée. Le coup d’éclat de l’action politique posée trouverait sa brillance si les promus sortaient de l’ombre.
C’est léger, mais c’est mieux que rien. Et ce n’est point une surprise de voir ces Ministres quittés le navire gouvernemental. Car, les décrets ne respectent que la symbolique traditionnelle politique. L’ordre et la nature ont été respectés. Mais, l’acte trahit l’éfficacité politique recherchée,car le courage a manqué de nombre.

Wassalam