Manifs en Guinée : l’inquiétude de l’OCGR sur le bras de fer entre gouvernement et FNDC

Vue aérienne de la dispersion de la manifestation du Front nationale pour la défense de la constitution (FNDC)
Vue aérienne de la dispersion de la manifestation du Front nationale pour la défense de la constitution (FNDC)

Dans son rapport de la marche du Front national pour la Défense de la Constitution contre tout projet de nouvelle constitution en Guinée du jeudi 14 novembre 2019, l’Observatoire Citoyen de la Gouvernance et de la Redevabilité (OCGR) a indiqué son inquiétude du bras de fer qui existe entre le gouvernement et le FNDC qui n’a que des conséquences cruelles sur les pauvres citoyens.

Selon ce rapport, suite au communiqué du FNDC numéro 026, relatif à sa quatrième manifestation contre toute modification de la constitution, ce mouvement contre tout projet de nouvelle constitution ou le 3ème mandat a organisé une marche jeudi 14 novembre 2019, initialement prévu sur l’autoroute Fidel Castro, et contraire à l’itinéraire habituel autorisé par les autorités (Tannerie, Gbessia-Kondebougny, Hamdallaye pour l’esplanade du stade du 28 septembre).

Ce mot d’ordre a été suivi par certaines villes de l’intérieur du pays dont Boké Kindia Mamou, Gaoual Lélouma…

Pour la ville de Conakry, la marche a été précédée d’une contradiction totale sur l’itinéraire entre le FNDC et les autorités, et cette divergence a abouti à une manifestation violente.

Vu les informations remontées par les observateurs, il a été enregistré une perte en vie humaine, des blessés graves et des dégâts matériels importants, notamment :

Des cas de mort :

Un jeune du nom d’Alpha Souleymane DIALLO, dont l’âge varie entre 16 et 19 ans a été atteint par balle à Hamdallaye dans la commune de Ratoma.

Des cas de blessés : 2 blessés dont : Une manifestante et un agent des forces de l’ordre

Dégâts matériels : Huit (8) véhicules fortement endommagés dont :

Ø  1 bus incendié (EP 8918 A), 5 caillassés, (EP 0628 B ;EP 0619 B ; EP 0645 B; EP 0647 B; EP 0631 B, 1 minibus communément appelé Magbana et la voiture de Sydia Touré, président de l’UFR (RC-4727-S).

Autres constats :

Ø  Trois manifestants interpellés au niveau de Gbéssia Kondebougny dont deux jeunes garçons et une fille;

Ø  A Kindia, il y a eu l’arrestation de cinq membres du FNDC dont le coordinateur local Alseny Farinta CAMARA ;

Ø  Paralysie de la ville de Conakry par endroit ;

Ø  Des jets de pierres du côté des manifestants contre les forces de l’ordre à Dabomdi ;

Ø  Jets de gaz l’lacrymogènes sur les manifestants à Gbéssia Kondebougny ;

Ø  Des tirs à balle réelle et des violations de domiciles à Dabondy.

Ø  Une journaliste du nom de Mamadou Djiwo Bah est tombée sous l’effet de gaz lacrymogène.

Ø  Un journaliste du site d’informations mosaiqueguinee victime d’agression par les forces de l’ordre à Gbessia.

Face à cette situation, l’OCGR regrette la mort d’un jeune et le caractère violent de la manifestation ;

Par ailleurs, il s’inquiète de ce bras de fer entre le FNDC et le gouvernement qui n’a que des conséquences cruelles sur les pauvres citoyens, et appelle toutes les parties prenantes à une responsabilité pendant les manifestations.

 

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com