La crise syndicale persiste et inquiète les administrateurs de l’institution universitaire

Ceux qui ont cru que la crise syndicale qui fragilise l’Université de Labé depuis des mois est finie après le passage d’une mission du SLECG conduite par le général Oumar Tounkara ces derniers jours sont vite allés en besogne.

Les deux camps rivaux fidèles aux Généraux Sy Savané  et Aboubacar Soumah et soupçonnés de rouler pour le parti au pouvoir pour le premier et l’opposition pour le second se regardent plus que jamais en chiens de faïence.

Rencontré sur cette épineuse question Ibrahima Camara vice-recteur chargé des études et jusque-là porte-parole de université a admis que le dossier dépasse ses épaules et s’est fendu d’une courte mais éloquente phrase:

« Rabattez-vous sur le recteur le problème a dépassé mon entendement »

De son côté, le recteur Mamadou Dian Gongoré Diallo remet à plus tard ses commentaires sur la question preuve sans doute que l’affaire est un nid de frelons.

Pour l’heure, la dissolution du mouvement syndical de l’Université n’est pas à prendre à la légère et se présente même comme une option idoine pour aplanir le différend qui s’enlise.

Enseignants et étudiants sont estomaqués, ils ne savent plus qui rencontrer pour la résolution de leurs préoccupations.

Les deux camps rivaux persistent eux dans leur bras de fer et souffrent chacun d’un manque de légalité et de légitimité aux yeux de l’autre.

Pour rappel, le rôle du rectorat dans cet enlisement n’est pas à négliger car depuis qu’il a cru bon d’épauler les enseignants de 40 millions pour leurs affaires sociales montant qui s’est retrouvé dans le compte personnel du leader d’un des clans les esprits sont en surchauffe et certains enseignants pensent que le recteur a choisi son camp.

Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com