La crise qui secoue actuellement le système éducatif guinéen préoccupe les autorités à tous les niveaux. À Kindia pour une reprise des cours dans les écoles élémentaires et secondaires,  une série de sensibilisation est organisée par les responsables de cette ville. Ce Lundi 12 mars 2018 une rencontre s’est  tenue au centre de formation professionnelle(CFP) entre les autorités et les encadreurs scolaires. C’est une initiative du gouverneur de Kindia en collaboration  avec les autorités éducatives. Ils étaient au total 134 encadreurs  qui ont pris part à cette assise.

12 février 12 mars  2018, un mois jour pour jour depuis la grève lancée par le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée version Aboubacar Soumah.  Les cours sont toujours paralysés dans les écoles privées et publiques,  tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. Si les parents d’élèves se préoccupent de l’avenir de leurs enfants,  les élèves quant eux, sont inquiet pour une année blanche. De son côté, le comité de négociation pour une sortie de crise, remue  terre et ciel. Avec pour objectif, « que faut-il faire pour une reprise des cours à Kindia » une rencontre d’échange entre les autorités de la ville des agrumes et les responsables d’encadrement scolaires s’est tenu aujourd’hui 12 mars 2018.

« Avec cette situation, nous en souffrons tous(les élèves, mais aussi les parents  que nous sommes). A partir du moment où les négociations sont sur le point d’être avancées, nous, à notre tour, on s’est dit de jouer notre partition afin de ramener les élèves en classe. On a commencé ces séries de réunion par la rencontre des DPE et  l’IRE la semaine dernière. Ce qui a manqué, c’est la population. Par ce qu’il y a eu une intoxication. Dans la revendication syndicale, chacun doit faire des concessions. On a compris que cette revendication a pris d’autre tournure. C’est pour quoi à Kindia, on s’est dit de faire quelque chose pour ramener ces enseignants à la raison. Cela, dans l’intérêt de nos enfants.  Dans les jours qui suivent, nous avons ciblé des écoles. Nous allons  passer dans les établissements, voir si le message que nous avons lancé est compris. Mais aussi relever l’inquiétude des enseignants. Tous ceux qui étaient présent, ont promis de reprendre les classes dès demain », nous confié madame le gouverneur de Kindia Hadja Sarangbè Camara, qui précise que c’est une sensibilisation qui touchera toute la région de Kindia.

Autorités-kindiaAu sortir de la rencontre, notre équipe a rencontré quelques encadreurs scolaires. Le message semble être compris.  La directrice de l’école primaire caravansérail, se dit engagée de reprendre les classes dès demain. Elle demande les parents de laisser les élèves aller à l’école. « Moi je demande aux parents de ne pas écouter ce que les gens racontent dans les quartiers. Ils n’ont qu’à laisser les enfants venir à l’école. J’appelle aussi les enfants à se présenter dans les écoles respectives  pour commencer à travailler » a-t-elle dit.

Le même son de cloche chez  Moussa Kourouma, DSPE de kolèntèn.  « A partir de l’instant, on est tous conscient qu’on a perdu près ce qu’un mois de cours. Notre souhait le plus ardent, c’est la formation des élèves. A mon tour, je vais réunir tous les Directeurs des écoles, faire la restitution et inviter tous à mettre en avant, l’avenir des enfants »  a-t-il promis.

Il est donc important que chacun joue son rôle pour une diligente reprise  des cours.

Abdoulaye Bangoura, correspondant d’Aminata.com

 

PARTAGER