orangeguinee guicopresse UBA

Kindia : l’abattoir ressemble un à un dépotoir d’ordure

L’abattoir de Kindia présente de nos jours, une image peu reluisante. Située au quartier wondy dans la commune urbaine de Kindia, cette infrastructure est dans un état de dégradation très poussé. Au-delà de sa vétusté avancée, ce bâtiment ou on tue les  bestiaux pour les boucheries, est envahi par des ordures qui ne disent pas son nom.

Avec une odeur nauséabonde, les sachets plastiques et autres décombre ci et là, les animaux sont abattus dans une insalubrité totale. Cette infrastructure risque d’être délocalisée par le nid d’une rivière qui passe juste à quelque centime près.  Avec cette situation, la vie des citoyens en dépend. A chaque saison pluvieuse, des fortes pluies transportent souvent les bêtes avec elles. Les bouchers se plaignent, mais aucune intervention du département de l’élevage.

« Nous n’avons pas un abattoir qui est approprié. Nous ne travaillons ici que pendant la saison sèche. Près que l’érosion a fini d’avaler le bâtiment. Depuis que l’abattoir a été construit, il n’a jamais bénéficié une rénovation. La dernière fois le ministre de l’élevage est passé par là. Lui-même il a critiqué l’état de ce bâtiment. Il nous a demandé de chercher une autre pour délocaliser l’abattoir, qu’il y a un fond débloqué par   l’Union Européenne pour cette construction. Depuis lors, on n’a aucune nouvelle. Nous ne savons plus quoi faire. On travaille avec une situation très ardues », regrette Mamadou Djouma Barry Vice-Président de la Boucherie de Kindia.

Les bouchers tirent de nos jours, le diable par la queue.  L’abattement des animaux dans cette zone est un véritable casse-tête.

« Dès l’arrivée de la saison pluvieuse, cet abattoir sera envahi par  l’eau et les animaux meurent. Et si un animal meurt sans être égorgé, il n’est plus destiné à la consommation. Cela constitue une perte chez nous », a laissé entendre Amadou Saikou Barry boucher.

Abdoulaye Bangoura, correspondant d’Aminata.com

 

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »