Rate this post

Le Projet KALIA de la société Bellzone démontré encore une fois sa responsabilité sociale envers les communautés environnantes. Parmi ces projets communautaires 2013, elle a initié un projet d’alphabétisation d’adultes dans les villages autour de son projet. Ce projet pilote a ouvert 8 centres d’alphabétisations a (Kalia, Soloya, Friguia, Temaka, Fansiga) regroupant au total 217 apprenants hommes et femmes.

 

Dans un pays ou le taux d’analphabétisme est autour de 65%, ce geste va non seulement aider le gouvernement dans son combat de réduction de l’analphabétisme, mais également aider les communautés à améliorer leur niveau de vie avec de meilleures chances d’accès a du travail.

Cette zone a au moins 3 sociétés minières qu’elle abrite, Bellzone, Amer et Cape Lambert. Les communautés auront ainsi une plus grande chance d’avoir accès  à des possibilités de travail lorsque les mines commenceront, mais également elles pourront se regrouper en associations pour faire des activités génératrices de revenus.

Le directeur préfectoral de l’Education de la région qui a participé au premier test d’évaluation des centres n’a pas manqué de féliciter la société et de les encourager. Ce résultat sera une des fiertés de la région lors de la célébration de la journée internationale de l’alphabétisation. Bellzone sera la fierté de la région lors Pay Day Loans de cette célébration.

Les populations, très motivées pour ces cours ont demandé à la société d’ouvrir plus de centres car elles voient l’importance de savoir lire et écrire.

Il est vrai que cette société bien que junior, a démontré  en un temps records (a moins de 7 ans) qu’une société minière peut être prête a la phase  l’exploitation en moins de 8 ans……….. Notons également que les autorités régionales et locales  de FARANAH (Préfet, Gouverneur, directeur des Mines, général des collectivités, DPE, sous préfets, présidents de districts, Maires, représentants des jeunes, femmes et sages) travaillent en harmonie avec la société afin de préserver une cohésion totale entre les communautés et la société. Un exemple de bonne cohabitation.

«  Je suis tellement contente de pouvoir écrire mon nom, bientôt je pourrai faire mes propres comptes pour mon petit commerce de nappes, car pour le moment je le fais faire par un jeune étudiant » dit Aye Camara, une jeune femme de 18 ans du centre de KALIA. Elle a écrit son nom devant notre envoyé spécial avec un large sourire, fière de ces prouesses. Au moins cette jeune femme qui a déjà 2 enfants mettra ces enfants a l’école car elle a compris l’importance de l’alphabétisation.

Belzone pour Aminata.com

 

 

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here