A LA UNEPublireportage

FRIGUIA: RUSAL affirme respecter toutes les normes écologiques liées aux activités de l’usine

RUSAL Friguia

Ces derniers temps une concentration de poussière d’une composition non déterminée par une analyse scientifique a été constatée dans l’atmosphère dans certains quartiers de Fria. A en croire certains médias de la place, ce phénomène pourrait avoir un lien avec les activités de l’usine FRIGUIA. Pourtant, dans un communiqué officiel en date du 3 décembre 2021 RUSAL affirme avoir réalisé des analyses d’échantillonnage prouvant que « la concentration de particules d’alumine dans l’atmosphère est dans les limites des normes, autorisées par la législation guinéenne ».

Ledit communiqué précise que : « conformément aux résultats de l’analyse des prélèvements d’air réalisée par les salariés du laboratoire environnemental de FRIGUIA S.A. le 1er et le 3 décembre 2021 dans les quartiers de Fria, notamment Mangamory, Tabossy, Tigué II, Sabèndè, Aviation I, Katourou I, le niveau de concentration de particules d’alumine dans l’atmosphère est dans les limites des normes, autorisées par la législation guinéenne ». A cet égard, « l’administration de l’usine FRIGUIA nie l’influence des activités d’exploitation actuelles de l’usine sur l’augmentation de la concentration de particules de poussière dans l’atmosphère », rajoute le communiqué. Parmi les causes probables de cette apparence, les experts appellent un phénomène saisonnier comme l’Harmattan (le transfert d’une grande masse de poussière du désert du Sahara). Les conclusions définitives sur la nature de ce phénomène doivent être tirées par une commission compétente, composée de représentants de trois Ministères (Ministère des Mines, Ministère de la Santé, Ministère de l’Environnement), qui travaillent actuellement à Fria.

De son côté, l’administration de l’usine FRIGUIA rappelle via un communiqué que depuis 2017, l’entreprise met en œuvre un programme de modernisation écologique à grande échelle (dans le cadre du projet de réhabilitation de l’usine). Grâce à la réalisation de ce programme, les activités suivantes ont été effectuées: réparation capitale des électrofiltres avec le  remplacement des éléments de contrôle obsolètes et usés, la  réparation capitale et la modernisation des chaudières, la  restauration du système de surveillance des eaux souterraines, la mise en place  des mesures technologiques visant à obtenir une plus grosse alumine de type « Sandy » (sable), l’appel des spécialistes étrangers pour paramétrer des modes de fours de calcination, le reboisement   des terres exploitées, le traitement des déchets pétroliers, etc. « Les dépenses de RUSAL pour la mise en œuvre du programme de modernisation écologique à FRIGUIA se sont élevées à ce jour à 8,5 millions de dollars », mentionne le communiqué.

Dmytry MASHCHENKO, Directeur général adjoint chargé de l’environnement, sécurité intérieure et secrétaire du travail à l’usine Friguia

Pour vérifier cette information et avoir des explications des sources de premières mains, nous avons rencontré dans son bureau, Dmytry Mashchenko, directeur général adjoint chargé de l’environnement, sécurité intérieure et sécurité du travail à l’usine. Dans sa réponse, Mr. Mashchenko a confirmé avoir remis aux autorités guinéennes tous les protocoles prouvant la conformité de l’usine au respect des normes de concentration des particules d’alumine dans l’atmosphère de Fria.

«Nous avons reçu une mission de 3 ministères. Nous avons répondu à toutes les questions qu’ils nous ont posées, nous avons montré l’usine de la chaîne de production jusqu’à la fin. Ils ont visité tous les sites qui les intéressaient et nous avons présenté des photos et la documentation nécessaire. La commission était satisfaite » précise Mr. Mashchenko. « Et, c’est la même chose quand nous partons à Conakry actuellement. On constate qu’il y a une certaine envolée de la poussière partout et nous savons qu’il y a le sable qui vient du Sahara à cause de l’harmattan, nous voyons également une sorte de brouillard », a expliqué le DGA de FRIGUIA chargé de l’environnement.

Le spécialiste de l`usine ajuste les paramètres de fonctionnement des électrofiltres dans les fours de calcination

Dmytry Mashchenko a également rappelé qu’en Guinée, toutes les normes écologiques sont établies par les autorités gouvernementales. « En 2017 quand nous avons commencé à réhabiliter l’usine, nous avons fait l’évaluation de l’impact environnemental et social. Le document qui concerne cette évaluation a été accepté par le ministère et dans ce document, toutes les normes sont mentionnées. C’est ce que nous continuons à respecter. Nous avons acheté les équipements pour mesurer la quantité de poussière en ville. Et selon les recommandations de l’évaluation de cet impact, nous faisons la mesure de manière régulière », a-t-il dit.

A LIRE =>  Labé: la nouvelle Usine de Fabrique de Pompe à Eau de Labé (FAPEL-Guinée) inaugurée

Mr. Mashchenko a également confirmé la mise en place d’un vaste programme de modernisation écologique mentionné dans le communiqué officiel. « L’usine FRIGUIA n’a qu’une seule source d’envolée de poussière, les fours de la calcination.  Pour assurer les envolées minimales, ces fours sont équipés par des électrofiltres. Quand nous avons commencé à réhabiliter l’usine, nous avons fait des réparations de ces électrofiltres, mais aussi les parties mécaniques et électriques. Nous avons procédé à des réparations des isolateurs et même des mécanismes de battage de ces électrofiltres ainsi que le paramétrage de la marche. Nous continuons à améliorer et à développer le système », annonce Dmytry Mashchenko.

«Les employés de la section de calcination surveillent les paramètres du nouveau système de contrôle des précipitateurs électrostatiques des fours de calcination, qui a été installé dans le cadre du programme

Les employés de la section de calcination surveillent les paramètres du nouveau système de contrôle des électrofiltres des fours de calcination

Pour davantage rassurer la population de Fria, Dmytry Mashchenko indique que lui-même réside à côté de l’usine depuis 5 ans et qu’il respire le même air que les citoyens de Fria « Nous prenons au sérieux les questions liées à l’environnement et nous n’allons pas exposer la vie des gens dangers », a-t-il rassuré.

Avis partagé par le chef de la représentation de RUSAL en Guinée, Alexandre Larionov a qui nous avons adressé une demande écrite pour avoir son commentaire sur la situation actuelle à l’usine. Dans sa réponse Mr. Larionov a souligné avoir travaillé en étroite collaboration avec la commission gouvernementale. « À cet égard, je tiens à déclarer officiellement que l’usine FRIGUIA fonctionne en pleine conformité avec la législation environnementale guinéenne, sans dépasser les normes établies par la loi. L’ensemble de ces protocoles ont été transmis aux membres de la commission mixte des Ministères des Mines, de la Santé et de l’Environnement. Nous sommes ouverts à une conversation honnête, constructive et surtout professionnelle sur toutes les questions urgentes et nous espérons que nos collègues du côté guinéen feront également preuve d’honnêteté, d’impartialité et de professionnalisme dans la couverture des questions liées au fonctionnement de l’usine FRIGUIA », précise Mr. Larionov.

Alexandre Larionov, le chef de la représentation de Rusal en Guinée

Dans le même message, le chef de la représentation de Rusal en Guinée a rassuré les populations de Fria que les efforts visant à réduire l’impact de l’usine sur l’environnement seront poursuivis. « Je voudrais également m’adresser aux habitants de Fria : chers amis, nous tous, aussi bien l’administration de l’usine que les employés étrangers et le personnel guinéen – sommes dans le même bateau. Nous vivons ensemble à Fria, respirons le même air, utilisons l’eau des mêmes sources. Et nous avons tous, l’intérêt vital à ce que Fria soit un endroit prospère et protégé sur le plan écologique. Permettez-moi de vous rappeler que RUSAL, dans le cadre de son programme de modernisation écologique de FRIGUIA, a déjà dépensé plus de 8,5 millions de dollars pour des mesures visant à améliorer l’état environnemental de l’usine et à réduire les émissions dans l’environnement. Je peux vous assurer que RUSAL continuera à mettre en œuvre ce programme global visant à améliorer la situation environnementale de l’usine et de la ville »,  rassure le chef de la représentation de RUSAL en Guinée.

A LIRE =>  Actualité guinéenne, résumé de la journée du Lundi, 10 janvier 2022

L’idée d’une bonne cohabitation pacifique est largement partagée par des habitants de Fria pour lesquels les mauvais souvenirs de la crise liée à l’arrêt de l’usine à travers une grève illégale sont vivants dans leur mémoire. Le jeune Mohamed Kolya Bangoura que nous avons rencontré lors de notre ce jour à Fria est l’un des témoins, il se souvient encore des pires moments qu’avaient passés les populations de cette ville pendant la fermeture de l’usine. Il craint que les gens se laissent encore manipuler par certaines personnes pour des intérêts non avoués. « Nous n’avons toujours pas oublié les conséquences de la crise qui a frappé cette ville et qui avait été déclenchée par une grève générale illégale des syndicalistes. Il faudrait que les citoyens de Fria comprennent qu’aujourd’hui, entrer à couteau tiré avec nos partenaires n’aura pas de sens. Toutes les actions que l’on doit poser aujourd’hui doivent aller dans le sens de la paix et de la cohésion. Mais aussi, pour renforcer la coopération qui existe entre la Guinée et la Russie, mais aussi, entre la population de Fria et nos partenaires de l’usine. Ça y va dans l’intérêt de tous », a-t-il conseillé.

Mohamed Kolya Bangoura, habitant de la ville de Fria

Malheureusement pour le moment, il n’existe pas dans le monde encore une technologie qui permet de faire de l’alumine sans la moindre envolée. Et nous savons que toute production donne des conséquences pour l’environnement. Nous-même les hommes, nous sommes sources de pollution mais, le problème, c’est juste le volume de l’impact. Et, dans tous les pays, y compris la Guinée, il y a des normes écologiques concernant les envolées de particules d’alumine produite par les usines qu’il faut respecter, c’est ce que fait Rusal d’après leurs déclarations et explications.

Il revient donc à toutes les parties de privilégier le dialogue et la compréhension pour un partenariat bénéfique aussi bien pour les investisseurs que pour les travailleurs de l’usine et toute la population de Fria.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »