Oumar Tely Bah, originaire de Labé affirme avoir 125 ans ce qui le désignerait comme le doyen du monde
Oumar Tely Bah, originaire de Labé affirme avoir 125 ans ce qui le désignerait comme le doyen du monde

Il y a quelques mois quand on annonçait le décès du doyen de l’humanité âgé de 118 ans, apprendre qu’à 95 km du chef lieu de la région, Labé vivait un vieil homme de 125 ans selon ses proches a suscité l’envie d’aller le rencontrer et vaincre le mythe qui entoure sa longévité qu’il est le seul à porter dans sa famille.

Avant de le rencontrer on disait de lui qu’il avait 125 ans, qu’il marchait et ne mangeait ni sucre ni produits laitiers et pourtant au fil de notre discussion, le chemin s’est éclairci, de sa voix de centenaire révolu Oumar Tely Bah a démêlé l’écheveau des informations accumulées ça et là.

Sur la question de son âge, le vieil homme visiblement fan des photos a sur un ton de plaisanterie répondu être peu âgé, 120 ans seulement a-t-il dit sur un ton moqueur.

De ses mains, il n’a jamais pratiqué de métier hormis courtiser les anciens chefs de canton dont les noms sont encore frais dans sa mémoire.

Alpha Amadou Oury régnait sur le canton de Mali, Thierno Mamadou Cellou sur celui de Yembering et Alpha Mamadou Cellou sur celui autre de Wora.

Daouda Bah, un des enfants de l’aïeul nous a expliqué que son père n’a jamais eu qu’une seule épouse, la mère de ces 7 enfants dont 5 sont en vie. Sur la question de ces enfants, lui ne parvient qu’à en citer 4, petite défaillance mémorielle due à l’âge.

A la question de savoir quand il est définitivement rentré? il se contente pour un premier temps de dire, il y’a longtemps, puis lâche détendu 50 ans là où son fils Daouda parlait de 70 ans.

Le vieil homme contrairement au mythe dont on l’entoure ne tire pas le secret de sa longévité dans sa nourriture mais dans sa retenue.

<<Il faut se méfier des chefs, prendre distance de leurs épouses et des femmes qu’ils convoitent…>>

Osant une comparaison, Bappa Tely Fougou comme on l’appelle a indiqué que le pouvoir qu’il a côtoyé avait de l’aura et était caractérisée par une rigide discipline alors que de nos jours le pouvoir manque de poigne et d’autorité.

Sans subir le sort de milliers de noirs, il n’a jamais été torturé, pour des travaux forcés même s’il en a été témoin.

Les commandants Landel, Boulanger, Cancalar et autre Listibeau sont les premiers blancs qu’il a vu pour la première fois de sa vie.

Le vieil home mange du riz,  de la viande, du to et se méfie simplement du sucre.

L’homme a vécu l’époque où la route était aménagée à poigne d’homme et aplanie de la meilleure manière pour permettre aux chefs sur leurs palanquins d’avoir le meilleur confort possible, à l’époque, il n’ y avait pas d’engins roulants mais des bêtes de somme, chevaux, ânes.

Ousmane K.Tounkara