«Le mécontentement populaire est généralisé dans le pays et prêt à exploser», selon l’UFD

Top de nos lecteurs

AKB massacre Bantama Sow: « je n’attends rien de ces plaisantins »

Le projet entamé par le ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique dans le cadre d’indemniser les gloires du pays suscité...

“Si nos salaires de mars, avril et mai ne sont pas payés, nous allons boycotter la reprise des cours”, menace le SEPGUI

Privés de salaires depuis par les fondateurs des écoles depuis le début de la crise sanitaire de Coronavirus, les enseignants du privé de Guinée...

Couvre-feu en Guinée : des bavures des forces de l’ordre signalées dans les périphéries de Conakry

Les plaintes se multiplient contre les forces de l'ordre depuis l'instauration du couvre-feu pour empêcher la propagation de la maladie à Coronavirus en Guinée....

Chérif Abdallah: “Alpha tue le peuple et le pays”

DECLARATION GOHAÀ l’occasion de l’oraison funèbre de William Sassine, un ministre de l’actuel gouvernement avait dit « le 1er président de la Guinée avait...
Alpha Oumar Diallohttp://aminata.com
Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Dans une déclaration intitulée ‘’Nouvelle Constitution par la corruption et la violence’’ rendue publique ce mercredi 8 mai 2019, l’union des forces démocratiques(UFD) dénonce la mobilisation l’appareil répressif pour intimider, voire terroriser tout citoyen qui exprimerait d’une manière ou d’autre son désaccord avec le projet de troisième mandat.

«Comme on le voit, la nouvelle Constitution est tellement ultra-partisane, régressive et réactionnaire car fabriquée secrètement en vue de la confiscation définitive du pouvoir, qu’elle ne peut pas avoir la majorité requise pour être adoptée. Le mécontentement populaire est généralisé dans le pays, visible partout et prêt à exploser. Le pouvoir du RPG et de son chef sont massivement rejetés par les populations, particulièrement les jeunes, premières victimes de cette politique anti-progressistes. A travers tout le pays, les jeunes ne manquent aucune occasion d’exprimer leur ras-le-bol face à une politique qui les sacrifie et ne leur offre que des discours fumeux et d’innombrables promesses sans lendemain. L’impopularité du pouvoir est allée grandissante depuis les élections communales du 4 février 2018. Face à son échec cuisant, il n’a pas d’autre choix que d’utiliser la démagogie, la corruption à outrance et la violence pour s’imposer», a-t-elle indiqué.

A LIRE =>  Le groupe bancaire UBA réaffirme son engagement en faveur du développement du continent à la faveur de la journée de l’Afrique

Et de poursuivre: «Depuis plusieurs mois, le pays vit au rythme de cette campagne électorale illégale alors même que le corps électoral n’a pas encore été convoqué pour un référendum. Des missions de rang ministériel sont envoyées à travers le pays, distribuant des milliards dont personne ne dira l’origine, pour acheter les consciences auprès de notables véreux ou de populations à la limite de la survie. De ridicules matchs de football coûtant des milliards sont organisés pour séduire des populations vivant dans une misère indicible, abandonnées à leur triste sort. Dans le même temps, tout l’appareil répressif est mobilisé pour intimider, voire terroriser tout citoyen qui exprimerait d’une manière ou d’autre son désaccord avec la forfaiture en préparation. Même des artistes émérites ayant jadis chanté les louanges du pouvoir mais qui, à présent refusent de se faire utiliser pour une cause qui n’est pas celle du peuple, sont violentés par des agresseurs habillés comme les forces de sécurité. On arrête des citoyens portant des tricots contre le troisième mandat».

A LIRE =>  Guinée: l'administrateur général du site ledjely testé positif au COVID-19

Aux dires de cette formation politique de l’opposition guinéenne, d’autres dirigeants qui ne font que recourir à leur droit de manifester, sont victimes de harcèlement judiciaire.

«On nous signale que dans certaines régions, des militants du RPG portent des armes blanches, certainement pour répondre à l’appel de leur chef à un « affrontement » qui ne peut être que fratricide, dans un contexte de guerre civile programmée. Les partis politiques sont fortement intimidés, surtout lorsque leurs dirigeants traînent des casseroles : «Tu te tiens tranquille ou on va casser… » ou « Toi-même tu sais… », allusion aux valises de Francs glissants distribuées pour acheter des opposants. Le chantage est clair. D’autres dirigeants qui ne font que recourir à leur droit de manifester, sont victimes de harcèlement judiciaire dont personne ne peut dire jusqu’où il ira. Le pouvoir a entrepris de perfectionner son arsenal répressif légal sous le fallacieux prétexte de lutter contre le terrorisme. Pourquoi maintenant et qu’avons-nous de nouveau sur ce front qui justifie une telle initiative? La manœuvre est tellement grossière qu’elle ne trompe que ses auteurs. A suivre: Troisième mandat pour continuer quel système ?», a-t-elle conclu.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

- Advertisement -

A lire également

L'info première en Guinée

AKB massacre Bantama Sow: « je n’attends rien de ces plaisantins »

Le projet entamé par le ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique dans le cadre d’indemniser les gloires du pays suscité...

“Si nos salaires de mars, avril et mai ne sont pas payés, nous allons boycotter la reprise des cours”, menace le SEPGUI

Privés de salaires depuis par les fondateurs des écoles depuis le début de la crise sanitaire de Coronavirus, les enseignants du privé de Guinée...

Couvre-feu en Guinée : des bavures des forces de l’ordre signalées dans les périphéries de Conakry

Les plaintes se multiplient contre les forces de l'ordre depuis l'instauration du couvre-feu pour empêcher la propagation de la maladie à Coronavirus en Guinée....

Chérif Abdallah: “Alpha tue le peuple et le pays”

DECLARATION GOHAÀ l’occasion de l’oraison funèbre de William Sassine, un ministre de l’actuel gouvernement avait dit « le 1er président de la Guinée avait...

Guinée : ils ont voté pour “renouveler son permis de les tuer”

“La politique ce n’est qu’une certaine façon d’agiter le Peuple avant de s’en servir.” Talleyrand-Périgord. « Nous demandons que cette Constitution qui est falsifiée soit...
0 Shares
x