Taxis-motos à Labé: l’inéluctable position de faiblesse du bureau syndical en place

Alors  que  le  mandat de  la section syndicale  des  taxis motos est  échu et  que  sur  le  terrain, les  conducteurs  veulent  coute  que  coute aller au  congrès tout  en niant désormais toutes  prérogatives au  bureau  en  place, la  tension ne  baisse  toujours  pas.

Les taxes  du mois  de  décembre n’ont pas été perçues à date par  la  commune  à cause  de  cet  imbroglio entre syndicat  et  syndiqués.

Notre  rédaction l’a appris  jeudi 17 janvier 2019, l’équipe  de Aliou Laly Diallo aux  commandes  de  la  commune avait tenté de composer  une équipe mixte de  7 personnes dont trois désignées  par elle  et deux issus  de  chaque protagoniste, sans  doute ayant  des  cadavres  dans  son placard l’équipe syndicale contestée n’a pas  voulu  se  résoudre  à cette  solution  d’urgence.

Joint  au téléphone, le secrétaire  général  des taxis  motos section USTG, Mory Sangaré s’est  d’abord interrogé pourquoi de  toutes  les  sections échues, la  sienne  et  la  seule appelée pour  laquelle  un  congrès est  demandé avant  de rajouter que  son  bureau a présenté à la commune les  cinq millions  deux  cent cinquante mille du  contrat qui  les lie au titre  du  mois  de  décembre précisant que sans  motif, la  commune  a  décliné  l’offre.

En réponse, le vice  maire Aliou Sampiring Diallo a indiqué  les motifs  du  refus. Pour  lui comme  la  commune avait  ordonné la  suspension de  la  perception  des  taxes  de  décembre faute de  percepteurs, une somme sortie  des  poches de  l’équipe  syndicale ne  pouvait intéresser les  élus.

Aussi, le  vice  maire  a rappelé que  le  contrat entre  la  délégation spéciale et  le  syndicat des  taxis  motos  est  arrivé  à terme le 31 décembre , ce  qui  veut dire  que la commune  est libre de négocier un nouveau  contrat  ou  pourquoi  pas  de  passer  un  appel d’offre pour engager  un  nouveau partenaire.

Ces derniers jours, le siège  du  syndicat  des  taxis motos jusque-là situé à Kouroula a changé  de  site. Là où beaucoup d’observateurs voyaient les conséquences d’un autre bras  de  fer  entre syndicat et  mairie, Aliou Sampiring Diallo a expliqué qu’au  regard de la taille  de l’équipe  communale, le  bâtiment en question qui est  une  propriété  de  la  commune a été récupéré  pour que  certains  des services communaux y soient logés.

Les conducteurs  de taxis motos  n’ont  certes  pas versé leur dû du mois  de  décembre mais  ils  le  feront en versant  celui du mois  de  janvier a précisé l’adjoint  du maire.

Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com