orange guinee guicopres uba guinee votre
Conférence de presse de Mariama Sylla, ministre de l'action sociale
Conférence de presse de Mariama Sylla, ministre de l'action sociale

Mariama Sylla, ministre de l’action sociale : « il y a beaucoup de viols qui se pratiquent dans les familles »

La recrudescence de viol chez les jeunes filles reste toujours un sujet tabou dans certaines familles en Guinée. La plupart des victimes préfèrent garder le silence sous l’intimidation de la famille. En conférence de presse ce lundi 27 mai 2019 dans un réceptif hôtelier de Conakry, pour la présentation de son bilan et de ses perspectives, la ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance est partie droit au but en dénonçant cette pratique qui se fait dans des familles.

Pour ce combat, Mme Diaby Mariama Sylla a laissé entendre que son ministère n’est pas resté bras croisé sur les viols en Guinée. « Nous avons commencé à travailler sur la question depuis 2008 en possédant une enquête. Une enquête qui a fait le diagnostic mais c’est en 2010 que nous avons élaboré une stratégie. Cette stratégie nous a permis de mettre en place le mécanisme, tout un système par rapport à la prévention et aux réponses à l’égard des cas de viol et aux violences faites aux enfants mais aussi aux femmes et toute autre personne. Aujourd’hui, c’est cette stratégie, si nous en parlons plus c’est que nous avons un personnel, les travailleurs sociaux. Les travailleurs sociaux qui sont dans les centres que nous avons créés parce qu’il y a des dispositifs de prises en charge que nous avons créés et qui sont logés au niveau des centres hospitaliers, des centres de santé mais également au niveau des commissariats. Ces travailleurs sociaux référencent les victimes de violence vers ce centre pour pouvoir assurer leur prise en charge », a-t-elle indiqué.

Poursuivant, elle dira : « Nous faisons également, par rapport aux violences, il faudrait que nous regardions un peu, les viols se commettent souvent dans les familles, il y a beaucoup de viols qui se pratiquent dans les familles dont on ne parle pas. On se tait la dessus et de plus, les victimes de violence sont libérés, ils s’expriment. L’autre chose, c’est que nous en tant que parent, nous avons démissionné un peu. Vous pouvez rencontrer des petits enfants dans la nuit, les parents sont couchés ou bien ils sont là à regarder la télé. Il y a qu’aujourd’hui avec les réseaux sociaux, on laisse les enfants regarder du n’importe quoi, les stupéfiants qui ont un rôle néfaste à jouer par rapport à ce phénomène-là », a ajouté Mme la ministre.

En termes de réponse, Mme Diaby Mariama Sylla a souligné qu’ils ont mis des mécanismes mais ils continuent à faire le plaidoyer, à informer, à sensibiliser les communautés pour qu’ils puissent réellement s’occuper des enfants et les habilités pour pouvoir prévenir ces cas de chose. « Vraiment, je suis désolé à ce qui arrive à nos enfants et aux femmes mais il faut que nous prenions nos responsabilités », a-t-elle interpellé.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »