LIBYE: LE MARÉCHAL HAFTAR ACCUSE SON RIVAL SARRAJ DE “FANFARONNER”

Top de nos lecteurs

AKB massacre Bantama Sow: « je n’attends rien de ces plaisantins »

Le projet entamé par le ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique dans le cadre d’indemniser les gloires du pays suscité...

“Si nos salaires de mars, avril et mai ne sont pas payés, nous allons boycotter la reprise des cours”, menace le SEPGUI

Privés de salaires depuis par les fondateurs des écoles depuis le début de la crise sanitaire de Coronavirus, les enseignants du privé de Guinée...

Couvre-feu en Guinée : des bavures des forces de l’ordre signalées dans les périphéries de Conakry

Les plaintes se multiplient contre les forces de l'ordre depuis l'instauration du couvre-feu pour empêcher la propagation de la maladie à Coronavirus en Guinée....

Chérif Abdallah: “Alpha tue le peuple et le pays”

DECLARATION GOHAÀ l’occasion de l’oraison funèbre de William Sassine, un ministre de l’actuel gouvernement avait dit « le 1er président de la Guinée avait...
Kindy Draméhttp://aminata.com
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée.Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

L’homme fort de l’Est libyen, Khalifa Haftar, a accusé Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement d’entente nationale (GNA), de “fanfaronner” et de n’avoir “aucune autorité sur Tripoli”, dans un entretien à France 24 au lendemain d’un accord conclu entre les deux rivaux sous l’égide du président français.

“Il ne possède pas la ville. Tripoli est la capitale de tous les Libyens, elle n’appartient à personne, il n’a aucune autorité sur Tripoli”, a lancé Khalifa Haftar dans cet entretien diffusé mercredi soir.

M. Sarraj, chef d’un gouvernement reconnu par la communauté internationale, “est un ingénieur. Il doit parler dans le cadre de ses compétences et loin des fanfaronnades inutiles. Il ne possède que le verbe”, a asséné le maréchal Haftar, homme fort de l’Est du pays, à la tête d’une autoproclamée armée nationale libyenne.

“Tant qu’il y a un danger, nous sommes prêts à défendre (la capitale). Mon ambition est de défendre le peuple. Nous sommes les gardiens du peuple”, a-t-il ajouté.

Ces paroles jettent une ombre sur l’accord arraché mardi en région parisienne aux deux rivaux par le président français Emmanuel Macron, qui a fait du dossier libyen une de ses priorités.

MM. Sarraj et Haftar ont “agréé” – mais pas signé – une déclaration en dix points dans lesquelles ils s’engagent notamment à un cessez-le-feu et à organiser des élections le plus rapidement possible. Cette déclaration de principes reste toutefois très vague et n’engage pas la myriade de milices plus ou moins alliées avec les deux rivaux libyens.

Il n’y a pas à proprement parler de ligne de front en Libye, mais des poches de combats sur tout le territoire, et deux autorités rivales – celle de M. Saraj et celle de l’est, à laquelle sont ralliées les forces de Haftar – qui se disputent le contrôle du pays et des ressources.

M. Haftar a réitéré que le cessez-le-feu n’incluait pas les groupes “terroristes”. “Daech (acronyme arabe des jihadistes du groupe Etat islamique), Al-Qaïda, le Groupe combattant libyen, les Brigades de défense de Benghazi, les extrémistes parmi les Frères musulmans… Nous n’aurons aucune entente avec eux, il n’y a pas de cessez-le-feu avec ces gens”, a-t-il martelé.

Le maréchal Haftar, revenu de vingt ans d’exil en 2011 au moment de la révolution libyenne, est soupçonné par ses détracteurs de vouloir prendre le pouvoir en Libye et de n’avoir aucune intention de se soumettre au pouvoir civil.

Fayez al Sarraj, installé depuis mars 2016 à Tripoli à la suite d’un accord sous l’égide de l’ONU, peine à asseoir l’autorité de son gouvernement.

La Libye, pays riche en pétrole, a sombré dans le chaos depuis la chute du colonel Kadhafi fin 2011.

- Advertisement -

A lire également

L'info première en Guinée

AKB massacre Bantama Sow: « je n’attends rien de ces plaisantins »

Le projet entamé par le ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique dans le cadre d’indemniser les gloires du pays suscité...

“Si nos salaires de mars, avril et mai ne sont pas payés, nous allons boycotter la reprise des cours”, menace le SEPGUI

Privés de salaires depuis par les fondateurs des écoles depuis le début de la crise sanitaire de Coronavirus, les enseignants du privé de Guinée...

Couvre-feu en Guinée : des bavures des forces de l’ordre signalées dans les périphéries de Conakry

Les plaintes se multiplient contre les forces de l'ordre depuis l'instauration du couvre-feu pour empêcher la propagation de la maladie à Coronavirus en Guinée....

Chérif Abdallah: “Alpha tue le peuple et le pays”

DECLARATION GOHAÀ l’occasion de l’oraison funèbre de William Sassine, un ministre de l’actuel gouvernement avait dit « le 1er président de la Guinée avait...

Guinée : ils ont voté pour “renouveler son permis de les tuer”

“La politique ce n’est qu’une certaine façon d’agiter le Peuple avant de s’en servir.” Talleyrand-Périgord. « Nous demandons que cette Constitution qui est falsifiée soit...
0 Shares
x