A LA UNELibre Opinion

Les mots d’une auditrice sevrée des programmes de la radio Espace Foutah

La jeune fille a grandi bercée par la radio qu’elle a découverte  dans son village jusqu’à son depart pour le Sénégal où  elle continue de suivre à distance la progression de son médium  de coeur.

Ecoeurée  par le sevrage qui frappe les auditeurs de la radio, la meilleure élève  guinéenne au pays de Macky Sall a laissé saigner son coeur.

<<Seule la vie peut se comporter ainsi un bon matin . C’est triste, et nous sommes tous impuissants d’auditeurs d’Espace Foutah, journalistes et employés de rester 8 jours sans écouter nos programmes habituels sur les antennes de la 99.7

Mes parents au village de Kouramangui , notamment les personnes âgées ont envoyé leurs postes en réparation pensant qu’ils sont tombés en panne parqu’ils entendent autres choses à la place de ce qu’ils ont l’habitude d’être servis . On leur a dit que les programmes sont perturbés pour des raisons de grève. Ils demandent c’est quand la reprise ? Ils comprennent simple repos ou congé.

On leur dit encore que ce sont les travailleurs qui sont fâchés donc ils arrêtent pour ça.

Ils demandent comment ils doivent retrouver la joie pour nous parler encore ?

 Une épreuve très difficile pour nous, ce qui explique que Radio Espace et nous c’est devenu une histoire de famille. Nous sommes inséparables.

A LIRE =>  La crise du carburant en Guinée vers la fin du calvaire pour les populations

Les groupes d’écoute sous l’arbre à palabres des villages sont privés de la plume, du journal en langue locale, du reportage , des invités, du Hallen Fopp produits par mes chers Alaidhy_Sow, Ousmane Tkillah Tounkara, Alpha Ousmane Aob Bah, Oumar Sadio Diallo, Cherno Umar Tunkara, Kadiatou Teliwel Diallo, Sam_Samora , Mohamed Kossa Sow et tous les autres membres de l’équipe.

Nous sommes à l’étranger , nous avons de la peine depuis que nous avons perdu le droit d’avoir le grand direct via la page de la Radio . Nous étions chez nous sans être vraiment chez nous.

Je m’adresse au PDG, aux journalistes grévistes, sachez que vous nous faites du tort. Rendez-nous notre bien devenu un pacte social. Que le PDG agisse afin que vous mettiez fin à cette grève. Je suis certaine que vous même avez la nostalgie du bon travail que vous faites depuis 10 ans pour nous.

Qu’Allah vous bénisse. On vous dit Albarka pour le service rendu mais svp revenez nous vite.>>

Fatoumata Korka Diallo

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »