orangeguinee guicopresse UBA
Hady Barry
Hady Barry

« Le Pr. Alpha Condé est une grande figure qui a travaillé pour l’avènement de la démocratie en Guinée », dixit Dr Hady Barry

Docteur Mohamed Hady Barry secrétaire général du ministère de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine et membre du bureau politique national du RPG-Arc-en-ciel a accordé une interview à des journalistes dont un Reporter de Aminata.com ce vendredi 21 août 2020. Il a été question de la présidentielle d’octobre prochain en Guinée, de la candidature du président Alpha Condé et les projets de son département.

Nous vous proposons l’intégralité de cet entretien

Aminata.com: le chef de l’état a été investi par le RPG Arc-en-ciel candidat pour porter les couleurs du parti à l’élection présidentielle d’octobre prochain en Guinée. Pourquoi voter pour le candidat Alpha Condé ?

Docteur Hady Barry : Sur le plan politique, nous pensons que le Pr. Alpha Condé est une grande figure qui a travaillé pour l’avènement de la démocratie en Guinée depuis des années. Lorsqu’il est arrivé au pouvoir il y a dix ans, il a trouvé un pays dans une situation très difficile et que grâce à son leadership, beaucoup de réalisations ont été faites et nous pensons que c’est un candidat idéal dès lors que le peuple de Guinée a changé la Constitution et nous sommes arrivés à une quatrième république et qu’aujourd’hui légalement, il peut se présenter. Donc, nous pensons que c’est une personne qui a entamé beaucoup projets et beaucoup de chantiers qui méritent d’être terminés. Un parti politique, tu choisis une personne parce que tu estimes que cette personne est crédible et pourrait gagner les élections. Aujourd’hui le président Pr. Alpha Condé est un candidat crédible qui pourrait tout à fait représenter notre formation politique.

 

Sur le plan administratif, à l’international, nous avons pour qu’un pays se développe, il faut avoir des bonnes relations non seulement avec des pays amis sur le plan bilatéral mais aussi, il faut aussi avoir des relations avec des institutions multilatérales. Ensuite, il faut avoir une certaine capacité de mobilisation des fonds auprès des institutions internationales publiques que privées.

 

Aujourd’hui, je donne quelques projets que le ministère de la Coopération Internationale et l’Intégration Africaine a eu le privilège de négocier à l’étranger auprès des institutions privées financières qui ont pris la décision de venir en Guinée pour rencontrer les ministères sectoriels pour pouvoir soumettre les projets afin de les réaliser dans l’intérêt supérieur du peuple de Guinée.

 

Troisième indicateur, malgré tous les appels à la violence qui ont été tenus çà et là, le Pr. Alpha Condé s’est adressé au peuple de Guinée pour lui demander d’accepter la paix de vivre pacifiquement ensemble et aujourd’hui le pays est en paix. Ce qui prouve que le peuple de Guinée a entendu l’appel du chef de l’Etat sans compter tout ce qu’il a fait en termes de réforme institutionnelle, réforme des services de défense et de sécurité même s’il y a certains problèmes.

 

Il y a beaucoup de projets, certains ont été entamés et d’autres le sont pas mais qui pourraient  l’être dans un futur très proche notamment au mois de janvier 2021. Je cite quelqu’un que le ministère de la Coopération Internationale et l’Intégration Africaine a négocié. Je prends le secteur privé, je ne m’intéresserai pas à la coopération bilatérale ce que la Guinée a signé avec des pays amis.

 

Quels sont ces projets sont vous parlez ?

 

Le chemin de fer Conakry-Bamako, je précise que mon département est chargé de mobiliser les fonds à partir de l’extérieur et les mettre à la disposition des ministères sectoriels. Dans ce cadre, il y a une société allemande, l’une des plus performantes au monde,  je tais le nom pour ne pas faire de publicité pour elle, qui s’est engagée afin qu’on les aide pour qu’elle puisse entrer en contact avec les ministères concernés notamment les Transports, celui des Investissement Public-Privé pour financer entièrement la totalité de ce projet Conakry-Bamako qui pourrait coûter 8 milliards 500 millions de dollars américains. Selon la société, ce montant est disponible et qu’elle entend venir discuter les autorités guinéennes pour mettre en route rapidement ce chemin de fer. Si ce projet est réalisé, l’impact économique de ce chemin de fer qui traversera toute la Guinée. Avec ce chemin de fer, le fret malien se situerait à moins de 1 000 km de la Guinée. Or aujourd’hui, les maliens soit ils sont obligés passer par le port de Dakar qui se trouve à près de 1 500 km. Sans compter qu’il y a beaucoup de projets miniers à l’intérieur du pays qui n’ont pas pu commencer parce que le gouvernement guinéen souhaiterait que l’acheminement de ses minerais se fasse les voies ferrées, il y a plus de sécurité mais aussi, avec les rails on pourra combiner ou alterner le transport des minerais de fer et voyageurs. C’est très facile de développer la Guinée tout au long de chemin de fer. Ce projet est en train d’être facilité grâce à l’entremise du ministère de la Coopération et de l’Intégration Africaine.

 

Un autre projet, c’est la création d’une nouvelle compagnie aérienne, nous savons que ce besoin est crucial. Il s’agit des investisseurs arabes qui sont attendus en Guinée au plus tard au début de la semaine prochaine. Ils ont demandé à notre département de faciliter leur rencontre avec les ministères concernés par le projet. Ils veulent venir à Conakry avec un financement conséquent. Ils sont prêts à créer une nouvelle ligne qui va desservir les grandes villes de la Guinée notamment de Zérékoré, de Mamou, de Kankan, de Labé, de Faranah. Il s’agit des avions de 150 personnes au maximum. Cela va faciliter la mobilité des Guinéens qui aura un impact positif sur le développement économique du pays. Cela, c’est à court termes, à long terme, l’objectif, selon les investisseurs, ils cherchaient un pays en Afrique de l’Ouest où s’implanter. Il sera question de créer une base ou il y aura une compagnie forte pour les 17 pays de la CEDEAO. D’après leurs études, l’Afrique de l’Ouest est mal desservie. Par exemple, si tu veux aller au Burkina Fasso, t’es obligé de faire assez d’escales. Ils pourront employer plus de 1000 personnes, le chemin de fer pourrait employer plus de 4 000 personnes.

 

Un troisième projet que nous sommes en train de faciliter pour la Guinée, ce sont financiers arabes qui ont fait des études sur l’évacuation sanitaire. Les pays ouest africains dépensent par an des centaines de millions de dollars pour evacuer des malades sur France, Maroc, Tunisie, Etats-Unis, Espagne (…).  Leur objectif, c’est de venir créer un hôpital international. En fait, ce n’est pas un hôpital, c’est une ville médicale qui sera exclusivement dédiée à soigner les citoyens et à faire de recherche. Ils ont même prévu la construction d’une faculté de médecine qui sera jumelée avec une autre faculté de médecine qui se trouve au Etats unis, ils auront les mêmes professeurs, les mêmes programmes, les mêmes instruments de recherche. Au lieu d’envoyer les jeunes médecins qui sortiront des universités africaines pour se former à l’étranger, ils viendront directement en Guinée. il y a certains pays frères qui voulaient que ces investisseurs s’installent chez eux  mais grâce à nos relations, nous avons discuté et nous les avons convaincus que la Guinée est un pays popiste qui fait frontière à six pays. Finalement, ils ont accepté et ils viendront. Cette ville qui sera dédiée à la santé est un investissement de plus d’un milliard de dollars américains. Les entreprises guinéennes pourrait y travailler à savoir main d’œuvre qualifiée et non qualifiée mais, au lieu que les pays africains payent les billets, se décarcassent pour trouver un visa, trouvent le prix de soin à l’étranger lorsqu’ils ne sont pas assurés à l’étranger, comme il y a une intégration au niveau de la CEDEAO, les peuples n’ont pas besoin de visa pour aller d’un pays à un autre, ils ont l’intention de créer cette ville médicale en Guinée où le pays veulent venir, ils vont mettre des avions spéciaux qui vont chercher des malades  dans les pays, les emmener et les soigner. Tout cela grâce au leadership du chef de l’Etat Alpha Condé.

 

Il y a un autre projet très important, c’est l’assainissement de nos villes y compris même si le problème se pose avec beaucoup plus d’acuité. Ce problème est devenu lancinant qu’on n’arrive pas à régler définitivement. Pourquoi, c’est parce que nous collectons et nous déplaçons des ordures d’un point A à un point B et d’un point B à un point C. C’est dans la nature de l’homme de produire tous les jours des déchets. Si les déchets ne font que s’accumuler, il faut trouver une solution ultime qui est la transformation de ces déchets. Pour qu’il y ait moins de déchets, il faut que les déchets produisent de l’argent. Il y a une société qui est implantée à Accra et qui aujourd’hui, ceux qui ont visité Accra peuvent témoigner cette ville est propre. Leur représentant est à Conakry, très bientôt j’organiserais une rencontre pour qu’elle expose sa méthodologie.  On m’a fait comprendre qu’avec ces déchets, on peut construire une usine qui va produire de l’électricité. Cette sera venue à l’EDG  qui va éjecter cette énergie dans ses  lignes de distribution. Cela apporte de l’argent et avec ces mêmes déchets, ils disent qu’ils peuvent fabriquer du pétrole qu’on pourrait utiliser. C’est une source de revenu. Avec les mêmes déchets, ils disent qu’ils peuvent fabriquer de tôles pour couvrir nos maisons. C’est une autre source de revenue mais surtout, qu’ils font former plus 4 000 jeunes à la gestion des déchets (…).

 

Le gouvernement a créé une banque nationale d’investissement, nous sommes en train de voir à l’étranger comment on peut trouver des  partenaires qui vont accepter d’être actionnaires afin que nous puissions développer ce pays.

 

Nous sommes en politique, il est important de mettre tous ces projets à la disposition de la presse. Si dans six mois, vous ne voyez pas un début des travaux, vous pouvez nous interpeller. Tout se passera dans la plus grande transparence parce que nous sommes en train de travailler pour le peuple de Guinée. C’est la plus petite portion de notre dispositif de mobilisation de fonds.

Que répondez-vous à ceux qui disent que le président Alpha Condé ne doit pas se présenter pour un nouveau mandat ?

En politique généralement, c’est la passion qui emporte sur la raison. Ceux qui disent que ce n’est pas normal, ils ont des objectifs. Leur objectif, c’est de prendre la place du président de la République Alpha Condé, il est normal qu’ils disent qu’ils ne sont pas d’accord. Le problème, ce n’est être d’accord ou ne pas être d’accord. C’est de tenir compte de la volonté du peuple de Guinée. Aujourd’hui, je crois que cette question n’est pas à l’ordre du jour.

 

Lors que le problème du changement de la constitution s’est posée, comme dans une démocratie, il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. J’appartiens à la première catégorie, ceux qui sont contre, sont de l’opposition radicale doublé d’un Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC). Le pays a traversé des moments difficiles et finalement les élections ont eu lieu malgré la position de l’opposition, le peuple a majoritairement voté. Comme nous avaons voulu le changement de la Constitution et le peuple s’est prononcé en sa faveur. C’est un premier indicateur pour dire que le peuple de Guinée est favorable. Autre indicateur, il y a eu des élections législatives où une cinquantaine des partis politiques a pris part  et malheureusement, d’autres partis qui sont de l’opposition radicale, n’ont pas voulu prendre part.  Non seulement ils n’ont pas voulu prendre part mais aussi, ils ont essayé d’empêcher la tenue du scrutin.  Finalement, ces élections ont eu lieu et le RPG Arc-en-ciel  a obtenu une majorité très confortable pour ne pas dire une majorité absolue. Aujourd’hui, cette institution représente la nation et elle a été installée.

Propos recueillis par Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

 

(+224) 622 304 942

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »