A l’occasion  de la fête de  l’Aïd el  kebir  célébrée mardi  21 aout 2018, le chiffre  sur les  accidents de  la  route ont  semble- t-il  baissé comparativement  aux  années  d’avant  même  s’il faudrait prendre  ce  bilan  avec  de  la  prudence  quand  on  sait  que  parfois  les lendemains de  fête sont  plus tragiques.

A  l’hôpital  régional  de  Labé, le  registre  des  admissions  est  moins  sollicité et  Dr  Haba  Roger nous  a  parlé  des  cas pris  en charge :

« il  y a  un  vieux qui  a  eu  une  fracture  de  la  clavicule mais  qui  a  préféré  se  tourner  vers  l’indigénat, on  a  reçu  un  enfant qui  a été  percuté dans  le  quartier on  a pu  faire  ce  qu’on pouvait avant  l’arrivée  des  parents, il  était  rétabli, nous  avons  reçu  une  brulure  du  premier  degré, une  femme  qui  préparait  un  repas  de fête.

Les  plaies  traumatiques  liées  à  la  moto 11 cas, les  érosions  cutanées, c’est  à  dire  les  plais  superficielles 4 cas… »

Du  coté de  la  routière pas  un  cas ne  leur  a  été  signalé et  pourtant  le  patron de  ce service  le  commandant  Tidjane  Sanoh ne cache  pas  son  inquiétude  ayant  l’expérience  des  lendemains  de  fête  plus  tragique  à  cause  des  voyages  vers  les  lieux  de divertissement  comme  les  chutes qui nécessitent  un  certain  déplacement.

Pour l’heure,  les  citoyens  de  Labé  peuvent  s’estimer heureux mais  pour combien  de  temps  encore ?

Cette  sensible  baisse  des  cas  d’accidents ne  serait-elle  pas  liée  à  la  conjoncture  économique  aussi  quelque part ? Beaucoup  de  familles parvenant  à  peine à  se  nourrir  convenablement.

Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com

PARTAGER