labe-mosquee
labe-mosquee

Alors  qu’il  y a  dix ans  encore les citoyens  qui  construisaient  étaient  obligés  de  payer  les  services  d’un  gardien  pour  la  surveillance  de  l’infrastructure, de nos  jours  le  prix  locatif d’un  bâtiment  peut  permettre à lui  tout  seul  à  son  propriétaire de  subvenir  à  ses  besoins.

Au  lendemain d’une  visite  que  certains  citoyens  ont  cru  bon  de  rendre  aux  députés  à  Conakry  notre  rédaction a  mis  les  citoyens  de  Labé  face à cet  état  de  fait.

Abdoulaye Diallo fustige :

« leur  façon  de  hausser  le  loyer et  anormal notre  monnaie  est  difficile  à obtenir et  facile  à utiliser exemple  si moi  j’occupe une maison le  propriétaire  peut  venir  un  bon  matin feindre  qu’il  a  reçu  des  étrangers  dans  le seul  dessein  de  me  déloger »

Alpha  Oumar Barry lui déplore que  même  devant  les  cadres de  l’administration  et  les  magistrats  le  droit  n’est  pas  dit éclipsé  qu’il  est  par  l’argent, il  réagit   aussi  sur l’habitude  des  propriétaires  immobiliers  de  rompre  les  contrats de  location  sans  respect  d’un  quelconque  préavis et  de  façon  fantaisiste  et  unilatérale.

L’un  de  nos  interlocuteurs  s’est  même autorisée  une  comparaison  entre  la  Guinée  et  certains  pays  de  la  sous région comme  la  Guinée  Bissau, le Sénégal, la  Gambie  ou  la  Mauritanie.

La  plus  simple  des  chambres  peut  valoir  50000 francs le  mois de  nos  jours  à Labé  et  une  chambre doublée  d’une  salle  de  séjour  plus  de  200000 francs.

 Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com