orange guinee guicopres uba guinee votre
Cellou Dalein Diallo, président de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, président de l'UFDG

« La République est en danger », alerte Cellou à propos de la destitution de Kelefa Sall

Le décret du président Alpha Condé confirmant l’élection d’un nouveau président à la Cour Constitutionnelle irrite la colère de l’opposition guinéenne. Au terme d’une plénière ce jeudi 4 octobre 2018 au QG de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), les opposants ont qualifié cet acte du chef de l’État d’illégal.

Devant les médias, Cellou Dalein Diallo président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne parle d’un parjure du président Condé.

« Dans la crise à la Cour Constitutionnelle, il y a eu trois actes illégaux qui ont été posés. Il s’agit de la destitution du président de l’institution, l’élection d’un nouveau président et l’acte le plus grave est le décret pris par le président de la République qui doit veiller sur le bon fonctionnement des institutions. Ce sont des actes illégaux, non conforme à la Constitution et non conforme à la loi organique portant création et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle. La loi a encadré la destitution du président de cette Cour. Il peut être destitué mais cela a été bien encadré par la loi. Il doit être destitué dans trois cas: pour incapacité physique ou mentale constatée par un collège de médecins assermentés, pour parjure, pour crime ou délit », a-t-il indiqué.

Poursuivant, le patron de l’opposition guinéenne a fait savoir que le président de la Cour Constitutionnelle n’est justiciable que devant la Cour suprême et non devant ses collègues.

Aux dires de l’ancien premier ministre, seule la Cour suprême est compétente pour qualifier ses fautes et le juger.

« Sinon, il est élu pour 9 ans. On a écouté d’éminents juristes: Pr Salifou Sylla ancien ministre de la justice, le Pr Zegbelemou ancien ministre de la justice et le bâtonnier, pour ne citer que ceux-là. Ils ont tous qualifié l’acte d’illégal. Malgré tout, Monsieur Alpha Condé a pris un décret pour valider cette illégalité. C’est un parjure parce qu’il a juré sur la constitution de respecter et de faire respecter la constitution.

Selon lui, cette situation met en danger même le processus électoral parce que, ajoute-t-il, la Cour Constitutionnelle se prononce sur le contentieux électoral.

« Mais si c’est des gens inféodés qui exécutent aveuglément les instructions de l’exécutif, comment les partis politiques peuvent faire confiance à ces conseillers qui violent la loi organique qui régit le bon fonctionnement de la Cour Constitutionnelle? La République est en danger. L’opposition républicaine réagira de la manière la plus ferme contre cette violation de la constitution guinéenne. Nous allons entreprendre des consultations avec les forces vives, avec tous les patriotes déterminés à défendre notre constitution, à défendre la légalité pour qu’ensemble nous puissions nous opposer à cette forfaiture », a promis l’opposant.

Et Cellou Dalein Diallo de conclure: « Croyez moi, Alpha Condé trouvera les patriotes guinéens sur son chemin dans sa tentative de tripatouiller la constitution pour s’offrir un troisième mandat”.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »