On aime dire: “Celui qui sème le maïs s’attend naturellement à récolter le maïs”.

En d’autres termes, il y a les lois de nature que sommes malheureusement ou heureusement obligés de les obéir. D’ailleurs certaines d’entre elles se réalisent automatiquement que nous les voulions ou pas.

En effet, on qualifiera tous quelqu’un de fou quand qu’il sème le maïs et s’attend au fonio à la récolte. Il est de même pour une société qui vit de l’ethnocentrisme, qui respire de l’ethnocentrisme, dans laquelle les gens se couchent et se réveillent dans l’ethnocentrisme, … Ces gens ont vraiment cessé de raisonner quand ils croient naïvement qu’ils auront la paix dans le développement socio-économique en semant de l’ethnocentrisme, le tribalisme, le racisme, … qui engendrent naturellement la division, la haine et les prétentions capricieuses de certains à tout avoir ou à se croire supérieurs aux autres.

Depuis 2010, on sait tous où est le problème actuel en Guinée. Il s’agit tout simplement d’une compétition entre les hypocrites et les bêtes.

D’un côté, on signe les accords pour ne pas les appliquer (ceux qui violent leurs engagements et sont des menteurs); et de l’autre côté, on les accompagne bien qu’on sait qu’ils ne les respecteraient jamais pour juste avoir de prétextes fallacieux de mettre les gens dans la rue (les bêtes). Les conséquences, on les connaît tous: quatre-vingt-dix-huit (98) jeunes massacrés parce qu’ils ont été victimes de leurs naïvetés, qui sont entrés dans un seul cimetière et sont quasiment d’une seule ethnie; de nombreux opérateurs économiques se sont appauvris; et  les paisibles citoyens ne peuvent pas sortir leurs têtes pendant ces compétitions folles.

En outre, les comportements qui consistent à mentir et violer les engagements pris sont de malhonnêteté et de l’hypocrisie en Islam et aucun imam ne lève la moindre main pour leur dire ça bien que beaucoup d’entre eux se font leurs portes-paroles sur les dos du Coran et Hadiths en jouant à la division de Guinéens.

Au cas où un accord a des problèmes quant à son applicabilité, on doit au moins montrer notre bonne foi en se consultant entre signataires bien que les respects des lois et institutions seraient plus efficaces et assureraient la vraie stabilité.

Par ailleurs, celui qui continue à demander les accords malgré qu’aucun n’avait pas été respecté par le passé est vraiment bête ou les signe pour juste pouvoir brandir les faux prétextes pour ainsi mettre les gens dans la rue. Il est ridicule que ces apôtres des accords politiques au détriment de lois et institutions prétendent s’inquiéter d’une éventuelle modification de la constitution parce que ceux-ci nous projettent justement dans ce genre de situation. Comment pourrions-nous prétendre défendre la constitution, les lois et institutions du pays si nous n’avions fait que signer les accords bidons depuis huit (8) ans?

Personnellement, je n’ai que 28 ans comme de millions d’autres Guinéens et espèrent vivre cinquante autres années et les restes de nos vies risquent d’être malheureusement tourmentés par ces vies perdues et ce cimetière. Si nous confions nos vies et biens aux hypocrites et bêtes, le moindre prix à payer est naturellement nos sangs et nos biens.

La solution n’est guère un miracle. Il nous faut la vraie démocratie (les élections libres et les respects de lois et institutions du pays). Les accords bidons politiques n’ont jamais profondément donné de vraie stabilité dans la paix à aucun pays du monde.

Ce pays nous appartient tous et quelques soient nos divergences sur les aspects dérivés, nous devons tous être d’accord sur l’essentiel: la sécurité et le développement de ce pays. Et pour toute personne qui a vécu en Guinée depuis 2010, elle doit donc savoir où est notre problème. Pour un jeune conscient de l’avenir de ce pays, la recherche de solutions à ce problème doit dépasser de qui est au pouvoir d’aujourd’hui, de qui est dans l’opposition; ou de qui serait au pouvoir et dans l’opposition demain. Toutes les valeurs qui doivent permettre à un pays de se développer sont fondamentalement remises en cause en Guinée et ça doit inquiéter tout le monde, surtout les jeunes. Chercher à justifier les attitudes de certains pour accabler celles des autres ne résoudraient rien du tout. Aucun  groupe parmi ces hypocrites et bêtes n’aiment ni ces jeunes ni ce pays.

Lorsque les Guinéens s’en sortiront avec les effets de ces hypocrites et bêtes, ils enterreraient vivant tous les futurs politiciens ethnocentristes qui voudraient animer les regroupements ethniques dans le pays même si la fin risque de passer sans beaucoup d’entre nous.

Ibrahima Kandja Doukouré

PARTAGER