La drogue, un fléau à la porte de notre société

Un jeune en train de fumer de la drogue
Un jeune en train de fumer de la drogue

La consommation de la drogue se fait de plus en plus répandue chez les jeunes guinéens, tant à l’intérieur du pays que dans la capitale. Sur  cette épineuse question notre confrère Alseny Baldé a fait un tour dans le ghetto.

La Gandja, sensi ou encore Marie Jeanne allusion faite à marijuana est présente un peu partout y compris aux portes des écoles et l’addiction à cette drogue dépend de l’histoire personnelle de chaque consommateur.

Un jeune homme rencontré explique ce le fascine dans la consommation de la ‘’beu’’ :

« Quand j’en prends ça favorise  mon appétit ainsi que mon sommeil et j’en consomme tous les jours avant et après le travail. »

Un autre jeune visiblement moyen âgé renchérit que lui il fait une provision pour pouvoir mettre autonome de nombreux jours et précise que jamais il ne fume chez le fournisseur car en cas de descente des forces de l’ordre seuls les clients sont embarqués et le dealer qui verse une sorte de dîme n’est jamais inquiété. « J’ai commencé à fumer en observant certains de nos grands qui le faisaient et petit à petit j’ai  chopé le virus » se souvient-il.

La dépendance est belle et bien chez un troisième garçon qui n’imagine pas une journée sans se shooter au risque de développer des migraines et une anxiété permanente.

Le phénomène se féminise aussi car bien de jeunes filles ne cachent pas leur passion pour la ganja comme c’est le cas de cette anonyme qui s’en sert comme laxatif :

« Je continue d’en prendre, ça ne me dérange pas du tout, quand nous allons en boite, ça nous permet de nous amuser comme des folles. »

L’état est en avance sur la lutte contre la drogue par la création des polices de proximité dixit le directeur régional de la police qui admet tout de même que les crimes les plus odieux de la zone sont commis par des auteurs sous l’emprise de la drogue et des psychotropes.

Aujourd’hui, la consommation de la drogue est si répandue que certains quartiers de la commune urbaine se font appeler ‘’small jamaica’’ ou ‘’kingston’’ en référence à la Jamaique connue pour la consommation généralisée de drogue.

Aussi en milieu de semaine écoulée 1500 kilos de drogue ont été incinérés à Telemelé.

Ousmane K. Tounkara