orangeguinee guicopresse UBA

KINDIA : un trou béant en pleine ville, que font les autorités ?

Un trou béant s’est encore formé sur la route nationale no1 au niveau du pont Takhou situé au quartier Yéolé dans la commune urbaine de Kindia.  Le cœur du centre-ville est défiguré par cette ouverture au travers de la route depuis plusieurs semaines. La situation est inquiétante. Ce trou donne des migraines aux conducteurs des engins roulants. Les autorités locales n’ont pris jusque-là, aucune mesure pour sauver les meubles, a constaté sur place Aminata.com à travers son correspondant. 

Selon nos informations, cette brèche n’est pas à sa première fois à ces lieux. Le colmatage des trous dans les routes est devenu une habitude pour les guinéens. Aucune garantie. Surtout au milieu de la route nationale la plus fréquenté. Sous le pont, se trouvent les installations de la société des Eaux de Guinée. Rencontré, un cadre de la Direction Préfectorale des Travaux  publics a pointé un doigt accusateur à la SEG.

Selon lui, les conducteurs d’eau de cette société empêchent l’évacuation des eaux de ruissellement pendant la saison pluvieuse. Parlant des mesures envisagées pour remédier le calvaire des usagers de la route, il nous confie hors Micro, qu’aucune mesure diligente n’est sur pied. Du moins, il est instruit à l’Entreprise BEGEC qui est en charge du bitumage des 12 km des voiries urbaines offert par le chef de l’Etat, de boucher cette brèche pour tout bon. En attendant, les citoyens tirent le diable par la queue.

« Ce trou est béant. Il est au vu et au su de toutes les autorités. Il représente aujourd’hui un véritable casse-tête pour les conducteurs d’engin roulant et d’autres usagers de la route. Imaginez si par malheur il n’y avait pas les bidons au tour pour indiquer la dangerosité de ce trou. Quelqu’un pourrait tomber de dans soit il se casse ou il meurt. Aux autorités, il faudrait qu’il y ait un sens élevé pour pouvoir prendre des dispositions utiles », a plaidé un citoyen qui a préféré garder l’anonymat.

C’est le même son de cloche chez sekouba Camara un membre du syndicat des transporteurs.

« Au-delà des dangers liés à cette ouverture, on assiste actuellement, à chaque instant, des embouteillages. Et c’est le centre-ville. Tout le monde est inquiet. Deux véhicules ne peuvent pas passer en même temps comme avant. Le passage des engins lourd pose d’énormes inquiétudes. La nuit, il Ya des étrangers qui viennent avec les motos, véhicules et autres, s’ils ne sont pas informés à temps qu’il y a cette brèche, c’est autre chose qui se produira », s’est inquiète  sekouba Camara chef de ligne au syndicat des transporteurs.

Avec cette situation, la vie des citoyens en dépend. Faut-il attendre des dégâts humains ou matériels pour intervenir ? Attendons de voir.

Abdoulaye Bangoura, correspondant d’Aminata.com

 

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »