A LA UNEEducation

Guinée: que va-t-il faire le département de Guillaume Hawing des téléphones saisis lors des examens nationaux?

Dans les préfectures comme Siguiri, Kankan, Kindia, Dubréka mais aussi à Conakry, c’est un important lot de téléphones qui ont été saisis par les survivants lors des examens nationaux. À la différence de l’année dernière, ces outils de communication déjà consignés, seront transmis au procureur général de la République pour enquêtes afin de sanctionner les fauteurs. C’est ce qu’a fait savoir M. Mohamed Ansa Diawara, porte parole du Ministère de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation, répondant aux questions de nos confrères d’Espace dans l’émission de ce mercredi, 22 juin 2022.

Les autorités dudit département veulent finalement corriger cette erreur monumentale commise l’année dernière, avec notamment l’incinération des téléphones récupérés des mains des candidats session 2021. Cet acte selon Ansa Diawara, n’a pas permis de situer les responsabilités devant permettre une main mise sur des fauteurs afin de leur infliger des sanctions. Ce qui ne sera pas le cas cette année à en croire cet acteur de l’éducation.

«L’année dernière nous avons été limité, parce que nos textes qui gouvernent ces examens étaient obsolètes, car ils ont été fait depuis 1997. Alors quand les téléphones ont été saisis, Dr Bano nous a dit qu’il n’y avait pas de textes qui nous permettent de faire quoi que ce soit. C’est pourquoi quand vous avez remarqué, notre première innovation cette année c’était de réviser ces textes afin de nous donner toute la possibilité de mettre ces gens hors l’état de nuire. Si on a brûlé les téléphones l’année dernière, cette fois-ci ils sont consignés et transmis au procureur général de la République qui fera des enquêtes et par la suite des sanctions vont tomber», a fait savoir M. Diawara.

A LIRE =>  Elie Kamano accuse: Alpha, Sidya, Cellou, Dr Faya et Kouyaté ont été les promoteurs de l'ethnostrategie en Guinée

Comme précisions sur le type de sanction, le porte parole du département dirigé par le ministre Guillaume Hawing a parlé de trois (3). D’abord les élèves pris en flagrant délit dans les salles de classe, la première sanction pour eux est d’échouer cette année. Et ce n’est pas tout. Ils seront aussi ajournés l’année prochaine et répondront tout de même devant la justice.

Le téléphone un mal nécessaire à la fois, puisqu’il peut retracer tout ce qui a préalablement été dit. C’est pourquoi Ansa Diawara a confié que tous les complices ne seront pas épargnés. Comme des élèves, ils seront, eux aussi, poursuivis et sanctionnés.

«Tout sera mis au clair. Même ceux-là qui ont envoyé les téléphones devant les centres avant même la rentrée, nous allons les enquêter. Tous ceux qui enverrons les messages à d’autres, bref tous les complices vont être poursuivis. Au niveau des enseignants, nous avions dit, un enseignant qui, par lâcheté, complicité, par légèreté, un délégué ou superviseur vient sortir un élève de sa salle, ces survivants sont renvoyés et ils perdent leurs primes d’examen et pendant trois (3) ne seront associés à aucun processus des examens. La dernière sanction comme les élèves, ils (enseignants) répondront devant la justice», a lancé Mohamed Ansa Diawara, qui promet de fournir dans les jours à venir, le nombre exact de tous les téléphones saisis.

A LIRE =>  N'zérékoré: Fin des épreuves du BEPC, le bilan au compte de la préfecture

Sâa Robert KOUNDOUNO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »