orange guinee guicopres uba guinee votre

Guinée : les banquiers menacent d’aller en grève

La FESABAG a tenu une assemblée générale devant une banque de la place au centre-ville de Kaloum (Conakry) mardi 09 octobre 2018 suite aux promesses du gouvernement lors de la crise sociale contre l’augmentation du prix du carburant à la pompe.

A l’époque la Fédération Syndicale des Banks et Assurances de Guinée a décidé de se désolidariser au mouvement central syndical USTG-CNTG. Les banquiers ont pris cette position pour faire payer le prix à ses camarades qui ont refusé de les accompagner lors de leur grève qui remonte depuis 2016.

Croyant avoir pris la meilleure position, ils ont été remerciés par le gouvernement guinéen de n’avoir pas participé à la grève déclenchée en juillet dernier suite à l’augmentation du prix du carburant par le mouvement syndical guinéen.  Pour cela, sous la voix du gouverneur de la banque centrale, des mesures d’accompagnement après la crise ont été promises à la FESABAG. On leurs a demandé même ce qu’ils veulent. Les banquiers auraient répondu c’est au gouvernement de voir.

Trois mois après, il y a aucune suite favorable à cela, le gouvernement ne reconnait plus avoir pris un tel engagement en faveur des banquiers, c’est pourquoi ils ont décidé de se concerter pour réclamer leur droit. Le secrétaire général de cette structure syndicale a expliqué les raisons pour lesquelles, ils ont boudé le mouvement syndical dans son combat pour la baisse du prix du carburant à la pompe.

« Quand il s’agissait le problème de carburant, des mesures d’accompagnement, tout le monde s’est mis dans la rue pour dire grève, nous syndicalistes responsables, nous avons analysé la situation, on a dit qu’on ne suit pas. Mais beaucoup ne nous ont pas compris pourquoi on ne le suit pas ? En 2016, nous sommes partis en grève, seules les banques ont fermé portes et fenêtres, les autres n’ont pas fermé. Nous sommes allés aux négociations, je vous apprends que le comité de négociation est composé de fonctionnaires qui n’ont aucune notion économique. Ils sont allés négocier au moment où ils allaient vendre le carburant à 4500 GNF ou 5000 GNF, ils sont allés accepter 8000 GNF.  Ça été une trahison », a dénoncé Abdoulaye Sow.

Après cette rencontre les banquiers ont décidé de déposer un préavis de grève. Ils se sont convenus de mettre dans ce préavis de grève : les mesures d’accompagnements pour les travailleurs du secteur financier, l’annulation pure et simple du licenciement injuste, inacceptable de Madame Mabinty Sylla de la FBN Bank et le départ du directeur des ressources humaines de la même Bank qui est un étranger.

A rappeler que si un préavis de grève est déposé, l’Etat a dix mois pour étudier la situation. Aux cas où il y aura pas de suite favorable, la structure peut déclencher une grève.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

 

 

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »