Rate this post

[dropcap class=”kp-dropcap”]U[/dropcap]ne semaine après les violences qui ont fait un  mort un calme précaire règne dans la ville. L’heure est à l’évaluation des dégâts enregistrés au cours de cette journée. Au  delà du bilan humain qui a couté la vie à un jeune, les dégâts matériels  sont importants. Après l’évaluation, le constat affiche une mairie qui a sérieusement subi des coups, des ordinateurs cassés, les archives saccagés, le domicile du conseiller des polices communales attaqué.

Autre coup accusé par la révolte, la prison civile de la préfecture placé dans le quartier aviation a été défoncée et une trentaine de prisonniers évadés.
Autres dégâts non les moindres constatés après la journée de violences touche les bâtiments administratifs notamment celui de la direction  préfectorale  des mines, des eaux et forêt et plus grave les documents électoraux de la CEPI et les kits d’enrôlement incendiés sans oublier les bâtiments de la gendarmerie et de la police communale.
Aux dernières nouvelles, cette affaire qui a secoué  le gouvernorat de Boké est loin d’être close. Selon nos sources, des enquêtes sont ouvertes pour identifier  les principaux instigateurs  parmi lesquels 11 personnes sont déjà interpellées et mis aux arrêts dans la prison de Boké.

Idrissa Somparé/Aminata.com
(224) 666566779/631900090
idisompare@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here