[dropcap class=”kp-dropcap”]S[/dropcap]uite aux travaux qu’ils ont effectué  à Conakry du 09 au 24 février, des émissaires du fond monétaire international(FMI) ont animé conjointement un point de presse avec le ministre guinéen en charge de l’économie et des finances dans la soirée de ce lundi 24 février. Dans son allocution Xavier Rame, chef de Mission du FMI, a dit que la Guinée dispose d’importantes ressources minières dont l’exploitation demeure limitée.

Poursuivant  il a indiqué qu’au cours de la prochaine décennie, les nombreux projets miniers devraient engendrer une croissance significative des recettes publiques. Selon lui la Guinée sera confrontée au défi de transformer les ressources minières, épuisables par nature, en un portefeuille d’actifs capables d’accompagner un développement économique et social soutenu.

« Le développement de la politique économique permet d’éviter la ‘malédiction’ des ressources naturelles. L’adoption d’une nouvelle loi organique relative aux lois des finances  et du décret portant règlement général sur la gestion budgétaire et la comptabilité publique a permis de mettre en place un cadre juridique de la gestion financière publique modernisée », a-t-il ajouté.

Et d’ajouter: « à l’issue d’une semaine de concertation, la mission a formulé les recommandations à savoir, entre autres, la procédure de création des organismes devrait être modernisée par une définition précise des attributions et obligations de chaque organe, et par une réforme des modalités de nomination de chacun d’entre eux, un ensemble de disposition réglementaire devrait être adopté pour rendre effective la tutelle exercée par l’Etat sur les organismes publics ».

[dropcap class=”kp-dropcap”]D[/dropcap]e son côté, Mohamed Diaré ministre guinéen de l’économie et des finances a fait savoir que cette mission d’assistance technique du fonds monétaire international a été sollicité par le gouvernement guinéen pour apporter un appui dans deux domaines importants de réformes en cours en matière de gestion des finances publiques. Ce sont la finalisation du cadre de gouvernance financière des entreprises et établissements publics et le lancement du projet d’assistance technique sur la gestion des revenus issus des ressources naturelles et leur implication pour la politique budgétaire.

A l’en croire, cette assistante technique du FMI a pour objet d’aider à parachever  ce cadre de gouvernance financière à travers la finalisation du projet de loi relatif aux entités publiques.

« Cette loi est d’une importance cruciale car elle permettra de clarifier le périmètre des entreprises publiques, leurs conditions de création, la gouvernance interne des entités, les conditions d’exercice de la tutelle technique et financières entre ces entités et l’Etat, notamment celles relatives à l’endettement public. La mission du fond monétaire international s’est également penchée sur la problématique de la gestion des ressources naturelles. La plupart des pays qui ont réussi à tirer tout le profit de leur boom minier sont ceux qui ont les plus anticipés les revenus générés par l’exploitation minière et mis en place les cadres réglementaires, les institutions, les outils et mécanismes appropriés pour leur gestion. Cette mission n’est qu’une première étape de lancement d’un processus qui va s’étendre sur deux ans et qui permettra de renforcer les capacités nationales en matière de gestion macro-économique et budgétaire, des revenus issus des ressources naturelles », a-t-il indiqué.

[dropcap class=”kp-dropcap”]A[/dropcap]vant de terminer, il a réaffirmé la détermination du gouvernement à poursuivre et accélérer les réformes visant une meilleure gouvernance financière. Présents à cette cérémonie, des membres du mouvement social guinéen ont demandé à ce qu’ils soient associés à toutes les démarches.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com
+224 622 30 49 42
aliousarayabhe@yahoo.fr

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here