La société de fabrique de farine “Les moulins d’Afrique” est accusée d’avoir licencié 31de ses employés depuis le 25 novembre 2017 pour avoir réclamé la mise en place d’une antenne de l’Union générale des travailleurs de Guinée (UGTG).

Interrogé par notre reporter, Amadou Sow membre du groupe des licenciés confirme l’information et pointe un doigt accusateur  Boubacar Barry Directeur générale de l’entreprise.

Ce syndicat qu’on voulait mettre en place devait nous aider à défendre nos droits. Au sein de l’entreprise, personne n’a de contrat, personne n’est inscrit à la caisse nationale de sécurité sociale, aucun n’a de congé. Il y a des gens qui travaillent au sein de cette entreprise depuis plus de 10 ans, il n’ont jamais eu de congés“, a-t-il entamé.

Et Monsieur Sow de poursuivre: “Après notre licenciement, nous nous sommes rendus à l’inspection du travail. Alya Camara, l’inspecteur du travail a promis de convoquer le directeur général de l’entreprise. Arrivé à l’inspection, le DG a dit qu’il reviendra avec une réponse claire. Malheureusement, il n’est plus revenu. Le lendemain, il a procédé au recrutement d’une autre équipe à notre place. Quelques jours après, il nous convoque à la direction de la police judiciaire (DPJ). Après l’examen du dossier, la DPJ nous a libérés en nous donnant raison“.

À la question de savoir s’ils comptent saisir la justice, Monsieur Sow a fait savoir qu’ils restent à l’écoute de leurs leaders syndicaux.

Joint au téléphone, Boubacar Barry directeur général des Moulins d’Afrique rejette en bloc les accusations de ses ex collaborateurs.

“Nous n’avons pas des travailleurs qui ont été licenciés. Au fait, ce sont des travailleurs qui ont été mis à notre disposition par le cabinet Intellac Consulting. Nous avons un contrat avec cette entreprise de sous-traitance, c’est elle qui nous fournit le personnel. Le contrat est en cours. Mais je pense que là il appelé l’employeur qui est Madame Keita ou Monsieur Camara. Effectivement, on a reçu un courrier et je me suis rendu à l’inspection du travail qui pensait que je suis l’employeur. Moi je travaille avec le sous-traitant qui me dépose une facture à la fin de chaque mois. Donc, c’est à ce cabinet de dire pourquoi il y’a eu tout ce problème“, s’est-il défendu.

De son côté, Monsieur Camara responsable de Intellac consulting dit n’avoir aucun commentaire à faire.

Aboubacar Sidiki Camara secrétaire général adjoint de l’UGTG a dénoncé ce genre de licenciement quelque soit la revendication des travailleurs.

Nous avons tenté en vain de joindre l’inspecteur général du travail pour sa version des faits.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

Tel: (+224) 622 394 942

 

PARTAGER