Rate this post

Des éleveurs de la Préfecture de Dinguiraye ont la peur au ventre, après un jugement rendu par la Justice de Paix de cette ville, en moins d’une semaine sur le conflit d’incendie volontaire de plusieurs cases par les habitants de Safè et de Sandanfara (deux localités situées à environs 10 kilomètres de la commune urbaine).

Selon Mamoudou Tall, une des victimes de l’incendie volontaire : « La justice a rendu son verdict, certaines personnes ont été condamnées à quatre mois d’emprisonnement ferme avec amende, d’autres avec sursis. Une autre catégorie d’individus n’a même pas été interrogée malgré que leurs noms figurent dans notre plainte. Quant au montant des dégâts causés lors de l’incendie, estimés à plus de 300 millions de francs guinéens, le tribunal a divisé ce montant à trois et a demandé aux condamnés de payer une partie dudit montant », a-t-il indiqué.

Si Mamadou Tall dit avoir accepté ce verdict avec ses pairs pour éviter toute division, il affiche une inquiétude vis-à-vis de l’intention de leurs adversaires, parce que le vieux Nfatamba Keita et son groupe auraient mobilisé les habitants des villes environnantes pour tenir une réunion pour prendre de nouvelles décisions à leur égard. « Mes collègues et moi avions accepté ce verdict pour maintenir la quiétude sociale entre les communautés laissées par Elhadj Oumar Tall. Nous ne voulons pas qu’il ait des violences ici. Malgré que ce verdict a été rendu en notre faveur, les peines infligées aux commanditaires ne sont pas à la hauteur de nos attentes. Mais tout de même nous en réjouissons. Autre chose que je tiens a annoncé, est la tenue d’une réunion par N’Fatamba Keitta et son groupe le mardi dernier. Au cours de cette rencontre qui a réuni plusieurs personnes à Safè, ils ont décidé d’aller récupérer tous les domaines dans lesquels nous avons nos biens. Selon eux, ils sont des militants du RPG arc en ciel (parti au pouvoir), ils disent vouloir interjeter l’appel à Kankan du jugement rendu à Dinguiraye. C’est ce que nous attendons. C’est pour dire à l’opinion nationale et internationale que nous ne sommes pas en sécurité, nos animaux également ; car, ils avaient menacé d’empoissonner nos animaux qui y vivent », a-t-il alerté.

A suivre

Oumar M’Böh pour Aminata.com

+224 622 624 545/666 369 744

mbooumar@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here