A LA UNEPolitique

Déçu du coup d’envoi du cadre de dialogue, le FNDC compte reprendre les manifestations de rues

Contre toute attente, les membres du Front National pour la Défense de la Constitution FNDC, ont boudé hier la salle qui a servi de cadre au lancement officiel du dialogue initié par le Gouvernement de la transition, à sa tête Mohamed Béavogui, alors que les débats se poursuivaient entre les acteurs sociaux politiques et l’équipe du CNRD. Au-delà du cadre organisationnel peu commode, ces acteurs de la société civile guinéenne ont dénoncé le manque de sincérité et de franchise qui ont caractérisé cette première étape. C’est ce qu’a fait savoir le responsable des antennes et mobilisation du front, interrogé ce mardi, 28 juin 2022 par nos confrères de FIM Fm dans l’émission  » MIRADOR ».

«C’est avec un sentiment de déception que nous sommes sortis de la salle. Nous avons constaté le manque de sincérité et de franchise. Comment comprendre qu’on continue de violer la charte de la transition à répétition ? Les concertations nationales qu’ils imposé, les trois (3) ans de la durée de la transition sont confidentielles et les assises nationales n’ont pas réussi à prévenir la crise actuelle. De tout ça, on vient nous servir uniquement le même cadre pour s’attendre à quoi comme résultat ? Nous étions vraiment déçus du dialogue qu’on a présenté, que ce soient les intervenants, mais aussi les thèmes qui ont été débattus. Tout cela suppose qu’il y a encore un manque de sincérité. C’est une manière pour le Gouvernement de vouloir faire tout ce qui de leur mieux pour réunir les Guinéens et pouvoir vendre ça à la CEDEAO, en rejetant les sanctions du 3 juillet. Sans quoi, après tous les échecs de ces différentes rencontres qu’ils eu à organiser, l’idéal était qu’on prépare au préalable cette rencontre d’hier. Malheureusement on a compris finalement que ce n’était pas le cas. On ne peut pas discuter avec 400 personnes pour aboutir à quoi?», s’est interrogé Billo Bah.

A LIRE =>  Lèro(Siguiri): un éboulement d'un ancien site d'exploitation de la SMD fait 5 morts et des dizaines de blessés, toutes des femmes

Selon lui, pas question de prêter désormais le flanc aux manœuvres dilatoires que le CNRD est en train d’utiliser pour gagner en temps. Puisque, le Comité National pour le Rassemblement et le Développement CNRD, n’arrive toujours pas à clarifier les choses, comme cette question liée au début ou à la fin des 36 mois retenus pour conduire la transition, mais aussi la non publication de la liste des membres qui composent l’équipe de Doumbouya et d’autres.

«On leur a accordé 9 mois pour qu’ils nous disent ce qu’ils pensent faire de leur transition. Mais on a l’impression qu’ils ont le pouvoir et qu’ils n’en savent plus quoi faire. Nous allons leur faire savoir ce qu’ils faut faire de cette transition. Avec cette allure, nous allons nous réorganiser pour annoncer dès le 30 juin, les prochaines mobilisations citoyennes pour montrer au CNRD qu’il n’a aucune légitimité. Et, qu’il doit donner la légitimité aux combattants démocratiques», a laissé entendre cet acteur de la société civile guinéenne.

Sâa Robert KOUNDOUNO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »