A LA UNEEconomieSocieties & Divers

Guinée – Hausse du prix du carburant: les transports grippés

En Guinée avec la hausse du prix du carburant à la pompe désormais à 11.000 GNF le litre depuis le 03 août 2021, le secteur des transports est confronté à une crise presque sans précédent. Nombreux sont les cconducteurs de taxis à Conakry qui ont mis leurs engins à l’arrêt à ce jour.

Pour eux, le réajustement du prix des hydrocarbures devrait s’opérer avec celui des tarifs des transports restés intacts à la faveur d’une entente entre la structure syndicale faîtière et le gouvernement. Outrés par ces nouvelles mesures jugées excentriques, les chauffeurs de taxis, du moins la plupart ont préféré arrêter le traffic par mesure de représailles.

Tandis que le prix du tronçon est maintenu à 1500 GNF dans la zone de Conakry et les anciens tarifs reconduits sur toute l’étendue du territoire national, les transporteurs les plus audacieux et déterminés à vivre de leur quotidien arrondissement les prix à leur convenance.

Pour certains le tronçon est facturé à 2000 GNF à Conakry, quand les tarifs de transport explosent déjà à l’intérieur du pays en ce qui concerne notamment les longs courriers. Face à ces fluctuations, les syndicats des transports et le gouvernement semblent ne rien faire pour le moment. La structure syndicale faîtière arguant d’ailleurs que les grévistes ne sont qu’une minorité insoumise.

A LIRE =>  Guinée: les déguerpis de Kaporo rails, Kipe2 et Dimesse demandent la  Restitution de leurs terres et  l'inculpation des casseurs

Pendant ce temps, le secteur des transports continue de végéter dans la crise. Si de nombreux citoyens ont de plus en plus de mal à se déplacer ces derniers temps, la plupart sont confrontés à des tarifs non conventionnels dictés par des chauffeurs de taxis tenaces et liés par le quotidien comme la majorité des Guinéens.

Sans une solution viable dans cette nouvelle crise dans le secteur des transports, le citoyen lambda risque de payer un lourd tribut. En attendant, le train-train quotidien se poursuit sans pitié et sans issue. À qui la faute ? En tous les cas, un peuple qui a du mal à faire la part des choses, se pliera à toutes les conjonctures, à ses risques et périls.

 

Le #Patriote

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks