Campagne électorale à Matoto: le mouvement républicain privilégie le porte à porte

Top de nos lecteurs

Sidya Touré envoie une pique au président Alpha Condé

La crise sanitaire que traverse le monde met à nu les insuffisances infrastructurelles des pays africains. C'est le cas de la Guinée où les...

Covid-19 et communication de crise : Que retenir de la stratégie du gouvernement face à cet épisode pandémique sans précédent ?

Par Laurence LE PODER, Professeure Associée en Economie et Gestion de Crise, KEDGE Beaucoup de choses ont été dites sur la crise sanitaire actuelle. Les...

Mort de Pape Diouf : un témoignage émouvant de Titi Camara

La mort du premier africain ayant dirigé un grand club européen qui est l’Olympique de Marseille suscite des réactions des acteurs sportifs à travers...

Boffa: découverte du corps sans vie d’un élève en classe de terminale 

Une source locale nous informe que le corps sans vie d'un jeune élève en classe de terminale au lycée Koumandian de Wanidara a été...
Alpha Oumar Diallohttps://aminata.com
Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

A l’instar des autres communes de la Guinée, la campagne pour les élections communales du 4 février 2018 se poursuit à Matoto. Certains candidats comme ceux du mouvement républicain(MR), liste indépendante dirigée par Alpha Oumar Taran Diallo privilégient le porte à porte pour convaincre les électeurs.

Interrogé par notre rédaction, Camara Soriba secrétaire général du mouvement républicain(MR) a fait savoir que cette stratégie est la meilleure pour convaincre les populations qui sont en majorité déçus des politiques. Il se dit confiant pour la victoire du MR au soir du 4 février 2018.

A l’en croire, son équipe est en train de sillonner tous les quartiers de la commune avec le porte à porte pour convaincre les électeurs.

«Partout où nous passons, nous sommes écoutés. Nous expliquons aux citoyens notre programme. Nous échangeons parfois pendant des heures et il y en a des citoyens qui adhèrent. Nous proposons entre autres à la population de Matoto, une commune où il fait bon vivre, Nous allons faire de l’assainissement une priorité, nous allons faire de la sécurité une priorité, la formation et l’emploi jeune, la promotion du sport sont aussi des priorités. Notre constat après ces quelques jours de campagne est que les citoyens sont déçus de nos politiques. Beaucoup de personnes que nous avons rencontrées n’ont pas encore récupéré leurs cartes d’électeurs. Certains disent qu’ils ne voteront pas et d’autres ont fait savoir qu’ils ne savent pas pour qui voter. Mais, avec beaucoup de pédagogies nous parvenons à convaincre certains à adhérer à notre programme. Avec le travail que nous sommes en train d’abattre, l’espoir est permis. Nous sommes sûres de récolter beaucoup de voix dans la commune de Matoto. Nous reconnaissons que les deux plus grands partis sont là mais cela n’empêche que l’on continue à sensibiliser les citoyens à travers le porte à porte. Je ne dis pas tout le monde mais la majorité de ceux que nous rencontrons adhèrent à notre programme. Nous ne sommes pas en train de promettre ce que nous ne pouvons pas réaliser. Par exemple quand je prends les recettes que la commune engrange, elle peut avoir plus de 24 milliards de francs guinéens(GNF) par an. Avec ce montant, si on s’organise, on peut poser beaucoup d’actes. Si les différents acteurs ne se lèvent pas, il y aura un faible taux de participation le jour du vote parce qu’il y a beaucoup de déçus. Il y a des gens qui nous disent qu’ils votent depuis 1991 mais cela n’a rien changé dans leur vie», a-t-il dit au micro de notre reporter.

A LIRE =>  Résistance citoyenne active : vive émotion chez la famille de Moussa Barry
A LIRE =>  Violences à Conakry : la crise chez les personnes déshéritées

Et Monsieur Camara de conclure: «Je dirai à ceux qui hésitent, c’est une opportunité qui nous est offerte. Cette élection va non seulement désigner le maire, les élus dans les quartiers mais aussi les élus dans la ville de Conakry. Si vous ne votez pas, vous donnez l’opportunité à des personnes incompétentes de gérer notre commune. Je demande aux citoyens de Matoto de voter les programmes et non par ethnie ou connaissance. Il faut refuser ceux qui ne viennent pas avec des programmes».

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

- Advertisement -

A lire également

- Advertisement -

L'info première en Guinée

Sidya Touré envoie une pique au président Alpha Condé

La crise sanitaire que traverse le monde met à nu les insuffisances infrastructurelles des pays africains. C'est le cas de la Guinée où les...

Covid-19 et communication de crise : Que retenir de la stratégie du gouvernement face à cet épisode pandémique sans précédent ?

Par Laurence LE PODER, Professeure Associée en Economie et Gestion de Crise, KEDGE Beaucoup de choses ont été dites sur la crise sanitaire actuelle. Les...

Mort de Pape Diouf : un témoignage émouvant de Titi Camara

La mort du premier africain ayant dirigé un grand club européen qui est l’Olympique de Marseille suscite des réactions des acteurs sportifs à travers...

Boffa: découverte du corps sans vie d’un élève en classe de terminale 

Une source locale nous informe que le corps sans vie d'un jeune élève en classe de terminale au lycée Koumandian de Wanidara a été...

“22 contacts de l’ homme infecté  au coronavirus identifiés et prêts à être  sous observation si…”

Labé  a connu son premier  cas de contamination  au coronavirus.Un concitoyen  venu de la peninsule ibérique  et qui a échappé  au service de contrôle ...
0 Shares
x