Après plusieurs années de silence autour du 8 mars ,la fête internationale des femmes a repris vie tant bien que mal dans la cité de karamoko Alfa mo Labé en cette année 2017.

Une centaine de femmes a battu le pavé du siège de la préfecture à l’amphithéâtre ENI/CFP située à une centaine de mètres plus loin au cri des ‘’à bas le viol’’.

Une fois à bon port un mémorandum a été lue par Yaye Aissata Diallo jeune directrice de la radio BTA et dont la teneur est :

« tradionnellement ce sont de simples activités de réception qui sont organisées pour magnifier cette journée solennelle mais cette fois nous avons décidé d’emprunter un chemin différent à travers cette marche pour faire entendre nos revendications et ainsi espérer l’amélioration de la situation désolante ,dérisoire et inquiétante des femmes et filles de Labé ….. »

Puis la dame en charge des questions féminines et de l’enfance au niveau de la préfecture Dame Bailo Soumanoh s’est contenté de remercier toutes les femmes dont elle la porte étendard à Labé.

Chez les administrateurs visiblement dans la ferveur de la fête le préfet Safioulaye Bah a invoqué les faveurs divines sur les femmes :

« que Dieu vous protège » a-t-il lancé.

Absent le gouverneur de région s’est fait remplacer au pied levé par un membre de son cabinet qui a cru bon de revisiter l’histoire des luttes qui ont consacré la fête du 8 mars.

C’est vers 17 h que des poèmes et sketches proposés par des artistes de la troupe du musée du Foutah ont mis fin à la cérémonie officielle de célébration du 8 mars 2017.

Ousmane Koumanthio Tounkara

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here