Marche de colère des journalistes pour réclamer la libération de leur confrère Lansana Camara
Marche de colère des journalistes pour réclamer la libération de leur confrère Lansana Camara

En prison depuis le 26 mars dernier pour avoir publié un article mettant en cause le gouvernement guinéen dans une affaire de détournement. L’ensemble des journalistes de la presse nationale ont battu le pavé à travers une marche pacifique au centre ville de Kaloum.

Ils demandent la libération du journaliste guinéen Lansana Camara, administrateur général du site conakrylive.info et en même temps correspondant de l’Agence Chine Nouvelle en Guinée. Cette détention du journaliste viole la Loi L002 en république de Guinée.

Après la grande mobilisation au rond point du port autonome de Conakry, la marche a commencé, direction le ministère des affaires étrangères. Arrivée devant ce département avec des bracelets rouges attachés aux bras et aux fronts pour exprimer à la phase du monde que la liberté de la presse est menacée dans le pays. Ils scandaient: « les prédateurs démissionnez», « libérez Lansana Camara », « Mamadi Touré voleur ». De là, ils se sont rendus au ministère de la justice pour la clôture de la marche pacifique en colère. Toujours déterminer à obtenir la libération de leur confrère incarcéré, les propos contre d’injustice de la justice guinéenne en sa tête Me. Cheick Sacko n’ont pas échappé à l’oreille des observateurs et les travailleurs de la justice. Prenant sa dose de la part des journalistes scandaient : « le ministre de la justice zéros, le Montpelliérain Me.Cheick Sacko zero… ». L’arrestation du journaliste Lansana Camara, intervient suite à une plainte du ministère des Affaires étrangères et des guinéens de l’étranger pour diffamation.

Il est à noter que plusieurs actions sont encours pour contraindre le gouvernement du respect de la loi L002 qui dépénalise la liberté de la presse dans le pays.

Zeze Enèma Guilavogui pour aminata.com
Tel :(+224) 622 34 45 42