Violences à Coyah : le douloureux évènement alimente toujours les débats

Top de nos lecteurs

Labé-  La commune et les bouchers accordent leurs violons sur le prix de la viande

Alors que le prix au kilo de la viande a subitement flambé les jours qui ont précédé la célébration de l’Aïd el Fitr 2020,...

Labé- Les sapeurs pompiers veillent-ils sur l’hôpital ou sont-ils là pour extorquer de l’argent aux citoyens ?

Postés à la façade d’entrée de l’hôpital régional de Labé pour faire régner l’ordre et faire respecter les mesures d’urgences sanitaires, certains agents de...

AKB massacre Bantama Sow: « je n’attends rien de ces plaisantins »

Le projet entamé par le ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique dans le cadre d’indemniser les gloires du pays suscité...

“Si nos salaires de mars, avril et mai ne sont pas payés, nous allons boycotter la reprise des cours”, menace le SEPGUI

Privés de salaires depuis par les fondateurs des écoles depuis le début de la crise sanitaire de Coronavirus, les enseignants du privé de Guinée...
Alpha Oumar Diallohttp://aminata.com
Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Des tueries, des blessés par balles et des actes de vandalisme, c’est le bilan de la manifestation des citoyens de Coyah la semaine dernière. Des citoyens qui étaient sortie massivement pour exiger la délocalisation d’un barrage fictif, installé dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Un douloureux évènement qui continue à alimenter les débats dans la cité de Soumbouyah.

« Ce qui s’est passé à Coyah, c’est très déplorable. Il y a eu des tueries, beaucoup de blessés et des actes de vandalisme. Jusqu’à présent, on se demande pourquoi ça. La plupart des victimes c’est des pauvres innocents. Les familles des victimes comptent porter plainte et je pense que ça c’est quelque chose qui est normale », a déclaré Alseny Bangoura, activiste de la société civile de Coyah.

A LIRE =>  De l’Etat colonial et de la post colonie en Afrique francophone : ruptures et continuités

L’abus d’autorité, la tracasserie policière, la corruption sont les principales causes du soulèvement des habitants de Soumbouyah. Une pratique des services de sécurité que déplore un activiste de la société civile de Coyah.

« Tout est parti lorsque les femmes de Coyah revenaient du marché, arrivée au barrage fictif qu’ils ont installé à Friguiady, les militaires ont commencé à les demandés de l’argent. Celles qui en n’ont, ont payé, celles qui n’en n’ont pas, ont été empêchées. Il y avait une femme enceinte qui était en route pour l’hôpital, cette femme a accouché au barrage là-bas, elle est décédée sur place avec le bébé. Donc, c’est tout ça qui a fait révolter les jeunes et finalement, ils ont exigé la délocalisation du barrage. Normalement, les endroits qui étaient prévus, c’est un barrage Bawa dans Dubréka, un à Wonkifon, la sous-préfecture de Wonkifon et à Kouria, la sous-préfecture de Kouria », a-t-il rappelé.

A LIRE =>  Gaoual: le député Mamadou Chérif Diallo de l'UFDG et ses codétenus libérés

Après ces tragiques évènements, les responsables locaux se sont rendus dans les différentes familles mortuaires pour consoler les parents des victimes. L’occasion a été également mise à profit pour distribuer des enveloppes symboliques à chaque famille victime.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

- Advertisement -

A lire également

L'info première en Guinée

Labé-  La commune et les bouchers accordent leurs violons sur le prix de la viande

Alors que le prix au kilo de la viande a subitement flambé les jours qui ont précédé la célébration de l’Aïd el Fitr 2020,...

Labé- Les sapeurs pompiers veillent-ils sur l’hôpital ou sont-ils là pour extorquer de l’argent aux citoyens ?

Postés à la façade d’entrée de l’hôpital régional de Labé pour faire régner l’ordre et faire respecter les mesures d’urgences sanitaires, certains agents de...

AKB massacre Bantama Sow: « je n’attends rien de ces plaisantins »

Le projet entamé par le ministère des sports, de la culture et du patrimoine historique dans le cadre d’indemniser les gloires du pays suscité...

“Si nos salaires de mars, avril et mai ne sont pas payés, nous allons boycotter la reprise des cours”, menace le SEPGUI

Privés de salaires depuis par les fondateurs des écoles depuis le début de la crise sanitaire de Coronavirus, les enseignants du privé de Guinée...

Couvre-feu en Guinée : des bavures des forces de l’ordre signalées dans les périphéries de Conakry

Les plaintes se multiplient contre les forces de l'ordre depuis l'instauration du couvre-feu pour empêcher la propagation de la maladie à Coronavirus en Guinée....
0 Shares
x