Rate this post

A en croire les récentes sorties des leaders politiques de l’opposition, la question de la tenue des élections communales pourrait être la source d’une nouvelle crise entre l’opposition et la mouvance.

[dropcap class=”kp-dropcap”]A[/dropcap]près les récentes déclarations du leader de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée Cellou Dalein Diallo qui a évoqué la question lors de sa tournée au Fouta,c’est autour du leader de l’Union des Forces de Changement UFC Aboubacar Sylla de monter au créneau en brandissant une menace de crise.

Inscrit dans le rapport final du dialogue inter guinéen  du 3 juillet qui a balisé à l’époque les grandes lignes de sortie de crises en stipulant la tenue des élections communales la fin du 2eme trimestre. Dans sa sortie médiatique, Aboubacar Sylla a regretté la rupture de contact avec le gouvernement sur la question qu’il accuse de manque de volonté « on a aucun contact avec les autorités c’est la sourde oreille aucune initiative n’est prise » d’après lui.

Tout comme le président de l’UFDG, Aboubacar Sylla n’écarte pas l’organisation des marches de protestation si un cadre de dialogue ne prospérait « nous sommes à l’assemblée nous irons en crescendo le 5 avril prochain nous soumettrons la question lors de la session des lois. Si après rien n’est fait nous reprendrons la rue » a déclaré le député de l’UFDG qui pendant longtemps a assumé le rôle de porte parole de l’opposition.

[dropcap class=”kp-dropcap radius”]C[/dropcap]oté mouvance, on évoque les contraintes financières tout en assurant les motivations d’en finir avec cette échéance électorale. A noter que plusieurs communes urbaines et rurales sont gérées par des délégations spéciales installées par le régime.A rappeler que la dernière élection municipale rémonte à 2005 pour un mandat de cinq ans mais qui coure toujours.

Idrissa Sompare/aminata.com
(224) 666566779/631900090
sompareidrissa@yahoo.fr/idisompare@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here