Après les  promesses  présidentielles  de  changer  le  mode  et  la  rentabilité des  éleveurs  par  la  pratique de  l’insémination  artificielle, sur  le  terrain tout  semble  à point  nommé si  on  accorde  du  crédit  aux  propos  du directeur  régional  des  services  d’élevage Dr Malal Baldé.

« …26 jeunes ont  été identifiés et envoyés au Maroc pour  suivre  une  formation, maintenant  tous  les  équipements sont  prêts, il  ne  reste  plus  qu’à passer à l’action…

Ces  gens  viennent  de  toute  l’étendue du territoire  national mais  présentement ce  n’est  pas  toutes  les  préfectures qui  sont  intéressées, je  crois qu’il y a 14 préfectures intéressés  pour  la  première étape et  Labé  en  fait  partie…Dans la  région  de  Labé, je  crois  il  y a un à Lelouma, un à Tougué, un à Mali et  un à Labé…

La  première au  point  de  vue  capacité après  leur  formation est  une  femme qui  est  venue  d  Mali… »

Les 26 jeunes  qui  ont  été formés  étaient  tous  présents à Labé  lors  des  journées  de  l’éleveur.

Aussi, le  technicien rappelle  que  lorsque  l’insémination  est  appliqué à  un  animal le  suivi se  poursuit  jusqu’à la mise  bas  et  bien  au  delà  pour surveiller  le comportement du  sujet  en  question.

Ousmane K . Tounkara, correspondant d’Aminata.com

PARTAGER