orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

‘Assumer la responsabilité de ce que vous partagez sur votre téléphone’

Daisy Masembe (deuxième à gauche), son équipe et les acteurs.
Daisy Masembe est une réalisatrice, scénariste, graphiste et monteuse ougandaise de 26 ans vivant à Kampala. Elle aime les arts – la musique, la peinture et la poésie. Elle a déployé son talent pour s’attaquer à la désinformation COVID-19 par le biais de la Multichoice Talent Factory, une académie de cinéma mise en place par le MultiChoice Group qui collabore avec l’initiative Verified des Nations Unies pour aider les gens à accéder à des informations crédibles et endiguer le flux de fausses nouvelles. Elle a produit un court métrage axé sur le partage de l’information via les médias sociaux.

Daisy Masembe
Afrique Renouveau : La désinformation était-elle quelque chose que vous avez vécu personnellement et était-elle la principale motivation derrière votre intérêt à produire un message d’intérêt public (PSA) pour la campagne « Pause avant de partager » ?
Daisy Masembe : De nos jours, presque tout le monde a la possibilité de partager des informations sur n’importe quoi en cliquant simplement sur un bouton de son téléphone portable. C’est ce qui le rend extrêmement dangereux. Pendant la pandémie COVID-19, il n’y a pratiquement aucun moyen de réglementer qui diffuse quelle information, et pourtant le sujet est très sérieux. Cela m’a rendu plus intentionnel et plus conscient des informations que je partage.
Je fais toujours, presque intuitivement, une pause et je réfléchis avant de transmettre des informations maintenant. Je veux croire que même les personnes qui ont vu mon message d’intérêt public en font autant.
L’histoire de votre message d’intérêt public ou de votre film est celle d’un garçon. Pouvez-vous nous en dire plus ?
J’ai entendu un jour quelqu’un dire dans un podcast que « chaque homme était un petit garçon qui s’accrochait une serviette autour du cou et se faisait passer pour Superman ». Ça a fait mouche. En regardant ma propre enfance, et en grandissant avec des frères, ils ont toujours cherché à être forts. Si ce n’était pas Superman, c’était les Power Rangers, Hulk ou Spiderman. Même pour nous, les filles, c’était Catwoman !
J’ai donc choisi de raconter l’histoire d’un point de vue relationnel, en cherchant à « sauver la parole » et en l’assimilant à la « force » qui vient avec la maturité pour vérifier les informations et sauver le monde !

Daisy et son équipe préparent la scène.
A-t-il été facile de choisir les acteurs ? Ont-ils été payés ou ont-ils convenu que c’était pour une bonne cause ?
Le casting a été auditionné, sélectionné et payé. Mais ce qui a fait la particularité pour moi, c’est que le jeune garçon, Kyle Jeremiah, qui joue le personnage principal, est vraiment fasciné par les personnages de bande-dessinée. Ce n’était donc pas si difficile de le faire entrer dans le personnage.
Ce qui est amusant, c’est qu’il était vraiment frustré dans la scène où il a perdu le bras de fer. Il ne faisait pas que jouer, il était vraiment frustré. Ceux qui n’ont pas encore regardé le film doivent aller voir ce plan. Nous avons décidé de faire ce montage parce que, heureusement, la caméra a continué à tourner et les émotions étaient si brutes et si réelles. Nous avons dû le calmer plus tard, mais ce moment a peint pour moi la puissance d’une histoire racontable !
Où avez-vous filmé cela et comment avez-vous choisi le lieu ? Le cadre était-il important pour la formation du message ?
Nous avons filmé les scènes principales dans la maison de mon défunt père, et cela m’a permis de revivre les souvenirs de mes frères qui y ont grandi et qui rêvaient de devenir des super-héros.
Quels défis avez-vous rencontrés et était-il difficile de montrer par l’action plutôt que par le dialogue pour faire passer votre message ?
Les défis que nous avons rencontrés étaient plus techniques qu’artistiques. Des choses comme les coupures de courant, les pannes de générateur, les couvre-feux et d’autres choses du même genre. Mais en ce qui concerne l’exécution de l’histoire telle qu’elle a été envisagée, cela n’a pas été difficile. J’avais une équipe et un casting géniaux.
Quel genre d’impact espérez-vous que ce film aura sur les jeunes de votre communauté ?
J’espère que les gens commenceront à considérer le partage de l’information, en particulier sur les médias sociaux, comme une question sérieuse dont ils doivent assumer la responsabilité, de peur qu’elle ne conduise à des pertes de vies humaines.
Outre le message général sur COVID-19, qu’espérez-vous que le public gagnera en regardant votre film ?
La responsabilité. Même dans notre vie de tous les jours, avant de diffuser des informations, nous devons nous arrêter et réfléchir.
Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus
Afrique Renouveau
— Daisy Masembe (Ouganda)
Par:
Franck Kuwonu

A LIRE =>  SIGNATURE CONTRAT DE PERFORMANCES ENTRE LE MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES & MPTEN
Espace annonceur Espace annonceur contactez-nous : Tel: 224 664-328170, contact @aminata.com ou kindy @aminata.com Exprimez-vous ! Réagissez à cet article maintenant avec Facebook

Share and Enjoy !

Shares

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Close
Please support the site
By clicking any of these buttons you help our site to get better