La récente sortie médiatique d’El hadj Ibrahima Chérif Bah vice-président de l’union des forces démocratiques de Guinée(UFDG) qui a dit que plus de 900 Peulhs ont été renvoyés de l’administration guinéenne depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir continue de susciter des réactions.

Dans une interview accordée à un groupe de journalistes le dimanche 6 août 2017 au siège de mosaiqueguinee, Bah Amadou Oury Bah ‘’Bah Oury’’ vice-président exclu de l’UFDG a condamné vigoureusement ces propos.

Pour cet ancien ministre de la réconciliation nationale, ces propos ne fait que réveiller des blessures qu’on est en train de vouloir cicatriser. Selon lui, ceux qui veulent rouvrir les blessures ne travaillent pas pour l’apaisement.

Aux dires de Bah Oury, en politique il y a deux façons de voir les choses. «Il y a ceux qui aiment détruire, il y a ceux qui construisent. En Guinée, il y a beaucoup plus ceux qui détruisent que ceux qui construisent. Je me place dans l’esprit de ceux qui construisent. Il y a des politiciens qui n’ont rien à dire. Ils ne peuvent se reconnaitre que dans le débat ethnocentrique, ils n’ont pas de projet pour le pays. Vous entendez des agitations, des peuls par ci et par là. Des gens qui s’expriment comme ça, est-ce qu’ils rendent service à l’UFDG? Ce qu’ils font ne va pas dans l’intérêt ni de l’UFDG, ni de la communauté peule », a-t-il dit au micro de notre reporter.

Avant de terminer, il a souhaité qu’à tous les niveaux les responsables mettent de côté tous les débats à caractère ethnocentrique. Contrairement à Bah Oury, Alhousseiny Makanéra Kaké a apporté son soutien à Chérif Bah tout en demandant au pouvoir de prouver le contraire en publiant la liste de 2010 et celle de 2016.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com
(+224) 622 304 942

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here