Mamadou Aliou Mosquée Diallo, porte-parole du front pour l'adoption d'une nouvelle constitution (FARC)
Mamadou Aliou Mosquée Diallo, porte-parole du front pour l'adoption d'une nouvelle constitution (FARC)

Les  militants en  faveur d’une refonte  constitutionnelle n’ont  pas  respecté totalement  la  décision des  autorités  qui  ne  voulaient  pas  voir  de  manifestation  dans  la ville  pour  niveler  les  risques  d’affrontement avec  la  faction  rivale  du  FNDC.

Dimanche, les  premiers  cités  ont investi le  siège  du  CECOJE lui  même  situé au  cœur  du  stade  Saifoulaye  Diallo.

Les rivaux qui  veillaient se  sont  donné  le  mot  d’ordre pour aller tenter  de  leur  faire  respecter  l’injonction  qu’eux  même  ont  eu  à  respecter mais  à leur  arrivée, la  réunion s’était  écourter suite  à un  nouvel appel  du  maire.

Interrogé  à propos  de  cette bravade n le FARC sous  les  auspices  de  son  porte  parole, Thierno Mamadou Aliou Mosquée Diallo, a regretté que  le  courrier  adressé à la  mairie le 24 juin ait  trouvé  réponse  seulement  le  27 en  même  temps  que  celui  du FNDC soumis la veille, aussi, le  sieur  a  tenu  à évoquer le  fait  que des  invités de  marque  à son  entité soient déjà présents à Labé au  moment  de  l’interdiction et  qu’il fallait trouver un  moyen  pour  ne  pas que  leur  déplacement  soit  vain alors, ils  ont  vite  rédigé  une  nouvelle lettre dans l’après  midi  du  vendredi pour avertir  de  leur  volonté  de  se  réunir  paisiblement  surtout qu’à son  sens  aucun  texte  de  loi  ne  l’interdit et profitant du mutisme  d’une  commune  pour  lui  sans  neutralité  et  mieux inféodée  à la  cause  de  l’entité  rivale  du  FNDC .

Ousmane K . Tounkara