A LA UNEPolitiqueSocieties & Divers

Livre qui retrace des violences politiques : « la Guinée en a besoin », selon Gassama Diaby

Parmi les membres du gouvernement d’Ibrahima Kassory Fofana, seul le ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté, Gassama Diaby a répondu à l’invitation pour la dédicace d’un ouvrage qui retrace l’histoire des violences politiques de 1954 jusqu’au 28 septembre 2009. La cérémonie de présentation de ce livre qui compose 354 pages s’est déroulée au palais du peuple mardi 25 septembre 2018 avec la RFI.

Ce livre a été réalisé par 15 personnes composées des Guinéens et des étrangers. Ils ont fait un an six mois de recherches et d’enquête avant de finaliser cet ouvrage intitulé ‘’Mémoire Collective’’.

Dans son allocution, le ministre a indiqué que ce livre sur l’histoire des violences politiques, « la Guinée en a besoin ». Et peu importe ceux qui en sont les auteurs.

« Puisque si les Guinéens ne racontent pas leur histoire, les étrangers peuvent la raconter. Surtout que la Guinée  est membre à part entière de la communauté internationale », a-t-i déclaré.

Gassama Diaby a rappelé plus loin, que les Guinéens devraient assumer la responsabilité de leur histoire. « Nous devons assumer notre histoire dans sa totalité…Parce que cette histoire est un élément constitutif de la construction d’une nation ».

Le ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté a aussi ajouté qu’on ne peut pas construire une nation en cachant le passé. « Nous avons des difficultés, parce que nous n’arrivons pas à assumer cette mémoire. L’histoire est complexe, elle est difficile, mais si nous voulons aller de l’avant il nous faut définir des valeurs, et définir des valeurs demande le courage d’assumer ce qui a été fait d’injuste dans le passé », a-t-il poursuivi.

A LIRE =>  Bea Diallo s’engage pour l’avenir de la Guinée

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »