C’est sans doute la prison la plus luxueuse du monde. Le week-end dernier, des dizaines de personnalités saoudiennes, anciens ministres, hommes d’affaires et membres de la famille royale, ont été arrêtées dans le cadre d’une purge anti-corruption dans le royaume. Elles sont depuis incarcérées au “Ritz-Carlton” de la capitale Riyad, l’un des plus grands hôtels cinq étoiles du monde.

Parmi ces prisonniers un peu particuliers, le célèbre milliardaire Al-Walid ben Talal, 62 ans, actionnaire de Twitter, propriétaire de l’hôtel George-V à Paris et accusé de corruption. Il a été arrêté sur ordre de son cousin, le jeune prince héritier Mohammed ben Salmane.

Selon le Guardian, samedi soir dernier, les clients de l’hôtel ont été invités à se rassembler dans le hall avec leurs bagages. Ils ont ensuite été conduits vers d’autres établissements pour faire place aux nouveaux occupants.

Comment expliquer une telle mesure ? Selon un haut responsable saoudien, cité par le Guardian, le fait de détenir de telles personnalités dans une cellule de prison pendant qu’elles font l’objet d’une enquête aurait été considéré comme profondément insultant dans ce pays très conservateur. Le prince héritier Mohammed ben Salmane “n’aurait pas pu les mettre en prison (…) C’est la solution la plus digne qu’il pouvait trouver”.

Toutes ces personnalités devraient être présentées à un juge cette semaine.

Yahoo.fr

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here