Me Salifou Béavogui, avocat à la cour d'appel de Conakry
Me Salifou Béavogui, avocat à la cour d'appel de Conakry

Après la libération des sept (7) membres du front national pour la defense de la constitution (FNDC), ce lundi 13 mai 2019, par la cour d’appel de conakry, Me. Salif Beavogui l’un des avocats pour la défense des dossiers sensibles dans le pays, a reagi par rapport à la libération pure et simple de leurs clients.

«Le procès de nos clients au tribunal de Kindia, le 7 mai dernier, dont le procureur leur a condamné à trois mois de prison ferme et une amende de 500.000 fg chacun. Je dis que c’était une décision arbitraire, j’ai dit que dans cette affaire, il n’y avait pas d’infraction, de tentative, ni de délit et la cour vient de suivre le collectif des avocats ayant à sa tête l’ex-bâtonnier de l’ordre des avocats de Guinée Me. Mohamed Traoré, en application de l’article 544 du code de procédure pénale, qui dit si le tribunal ou la cour constate qu’il n’ y a pas de delit, il le relaxe », a fait savoir l’avocat Me.Salif Beavogui.

Le guerrier en droit dans le pays a souligné que la décision de première instance vient d’être infirmée en toute ses dispositions et leurs clients sont renvoyés pour délit non constitué avec restitution des T-shirts dont-ils portaient.

Souriant, fier de la qualité du jugement rendu par le ministère public à la cour d’appel de Conakry, Me.Salif Beavogui a dit : « c’est le droit qui a triomphé, c’est la liberté qui a triomphé, c’est la démocratie qui a triomphé, ce sont des libertés individuelles et collectives qui ont triomphé. Je suis très content, je remercie la cour d’appel, le procureur général qui a relevé de cette appelle et le collectif est très content parce que le droit a été dit et nos sept clients (7), clients vont recouvrer leurs libertés à l’instant T»
Il est à noter qu’ils etaient tous poursuivis pour troubles graves à l’ordre public par le tribunal.

Zeze Enema Guilavogui pour aminata.com
Tel: (+224) 622 34 45 42
zezeguilavogui661@gmail.com